Retour

Offre non sollicitée de la Davie : le chantier naval d'Halifax en danger?

Les réactions sont nombreuses en Nouvelle-Écosse quant à l'offre non sollicitée du chantier naval Davie pour la construction de quatre brise-glaces et deux navires polyvalents de la Garde côtière canadienne.

La Davie affirme qu'elle peut travailler plus vite et à moindre coût que le chantier naval de Vancouver.

Jeudi, le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, disait espérer que les libéraux allaient respecter les engagements du gouvernement fédéral précédent. Il s'est dit surpris par cette offre non sollicitée de Davie, une manoeuvre qu'il qualifie d'« étrange ».

Le politologue de l'Université de la Colombie-Britannique Michael Byers croit que le chantier naval d'Halifax pourrait être vulnérable s'il devait renégocier ses contrats avec le gouvernement fédéral.

« La question est "est-ce que les navires que le gouvernement Harper a demandé sont les bons navires pour le Canada ou est-ce que Irving ne devrait pas construire des navires différents?" Pour arriver à la réponse, des négociations doivent avoir lieu », précise-t-il.

Selon le politologue, le gouvernement aurait le droit de modifier son contrat avec Irving. Cependant, il est peu probable selon lui que le chantier naval de Halifax puisse perdre la totalité de ses contrats.

Il ajoute que le chantier naval de Vancouver n'a jamais signé de contrat, ce qui pourrait le désavantager.

Le gouvernement fédéral répond qu'il ne bougera pas

De son côté, le gouvernement affirme qu'il demeure fermement engagé dans la stratégie nationale d'approvisionnement en matière de construction navale.

Dans une déclaration écrite du ministère des Travaux publics, il assure qu'il va s'en tenir au processus établi, par souci d'équité et de transparence. Le ministère ajoute tout de même que le chantier Davie peut en tout temps présenter une offre pour d'autres projets.

Selon la Stratégie nationale d'approvisionnement en matière de construction navale, le chantier d'Halifax doit construire de grands navires de combat et des navires de patrouille extracôtiers. Le chantier naval de Vancouver doit construire sept autres navires pour la garde côtière. Le chantier Davie à Québec était en difficulté au moment de l'appel d'offres et n'a donc pas été retenu.

En entrevue à CBC, le président du chantier naval Irving, Kevin McCoy, affirme qu'il ne croit pas que l'offre de la Davie puisse modifier les plans prévus de construction.

« Les navires sont construits sur les deux côtes. Avec la stratégie et les résultats produits, la Davie ne devrait pas être autorisée à ébranler la compétition au Canada », affirme-t-il.

M. McCoy ajoute que son entreprise a déjà dépensé près d'un million de dollars en contrats avec des entreprises canadiennes.

En novembre, Ottawa a confié au chantier maritime Davie la conversion d'un navire marchand en navire ravitailleur, un contrat de 700 millions de dollars. Le chantier Irving d'Halifax avait alors reproché au gouvernement d'avoir procédé sans appel d'offres et sans tenir compte d'un projet similaire qu'il avait soumis.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine