La manne promise par la Société des loteries et des jeux de l'Ontario (OLG) grâce à sa « modernisation » se fait toujours attendre.

Loto-Ontario anticipait à l’origine des recettes additionnelles de 1,26 milliard de dollars par année en 2017-2018.

Mais alors qu’OLG marquait mercredi soir à Belleville l’ouverture du premier casino à être construit en Ontario en une décennie, la société publique prévoit maintenant des revenus bonifiés de 889 millions annuellement, et ce, d’ici 2021-2022.

C’est 30 % de moins qu'estimé initialement et quatre ans plus tard que prévu.

Les raisons :

  • Plusieurs grandes villes, incluant Toronto, ont rejeté les projets de casino d'OLG.
  • OLG a abandonné le projet de privatisation de ses loteries.
  • Les recettes des jeux de hasard sur Internet sont bien en deçà des prévisions.

« C’est la transformation la plus importante et complexe de l’histoire de la province, alors ça prend un peu plus de temps que prévu », explique le porte-parole d’OLG Rui Brum.

Toutefois, la vérificatrice générale de la province Bonnie Lysyk a affirmé en novembre que les dernières prévisions de Loto-Ontario comportaient toujours un « risque ».

De son côté, le député néo-démocrate John Vanthof dit que les Ontariens devraient être « sceptiques » des projections d’OLG, compte tenu du retard accumulé.

La société publique rejette ces craintes. OLG a versé 2,2 milliards dans les coffres de l’État en 2015-2016.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine