Retour

« On ne peut pas faire confiance au gouvernement », estime Égalité Santé en français

C'est l'essentiel du message envoyé par les avocats de l'organisme Égalité Santé en français lors d'un bilan annuel, vendredi matin, à Dieppe.

Le bilan, c'est que ce n'est pas parce qu'on a des élus francophones que nécessairement les droits des francophones sont respectés, affirme Me Gabriel Poliquin, associé au cabinet CazaSaikaley.

Plusieurs dossiers ont retenu l'attention d'Égalité Santé en français cette année : la privatisation du service extra-mural, les batailles des petits hôpitaux pour maintenir leurs services, comme les soins d'oncologie à Grand-Sault et à Saint-Quentin, ainsi que la crainte de perdre le caractère communautaire des foyers de soins pour les aînés.

Les avocats d'Égalité Santé en français croient que les luttes linguistiques du Nouveau-Brunswick sont vitales, au sein de la fédération canadienne, pour faire avancer les droits linguistiques.

Me Ronald F. Caza a ajouté que l'objectif des droits linguistiques est d'envoyer le message que ça vaut la peine de faire des efforts pour parler sa langue.

Avec les informations de Nicolas Pelletier

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les régimes: 10 mythes tenaces