Retour

« On ne peut pas penser que le cannabis sera toléré là où le tabac est interdit », dit le maire de Val-d'Or

Le maire de Val-d'Or, Pierre Corbeil, fait confiance aux instances supérieures quant à légalisation du cannabis et à la façon dont les municipalités auront à gérer sa vente ainsi que sa consommation.

Un texte de Marie-Hélène Paquin

Pierre Corbeil réagissait à la sortie publique du maire de St-Jérôme, Stéphane Maher, qui désire interdire toute consommation de cannabis dans les lieux publics, à l'émission Des matins en or.

« On ne peut pas penser que le cannabis sera toléré là où le tabac est interdit, fait-il remarquer. Ce sont des angles de réflexion qu'on a à ce stade-ci et je pense que la position de Saint-Jérôme est, au moment où on se parle, tout à fait correcte », considère le maire.

Présent au dernier caucus des cités régionales de l'Union des municipalités du Québec (UMQ) avec ses collègues Diane Dallaire et Sébastien D'Astous, respectivement mairesse de Rouyn-Noranda et maire d'Amos, le maire Corbeil affirme que les dirigeants municipaux sont en réflexion quant à la législation qui prévaudra dans chaque ville.

Support de l'UMQ

Pierre Corbeil précise que l'UMQ fournira aux municipalités un cadre de référence, duquel les conseils municipaux pourront s'inspirer pour créer leur propre réglementation.

« On va être limité par les balises ou le cadre que le gouvernement provincial va élaborer, qui lui, va découler de ce que le gouvernement fédéral va décider, rappelle-t-il. Mais il y a une chose qui est définitive, et c'est là que tout le monde municipal est sur la même longueur d'onde, c'est que c'est sur le terrain que ça va s'actualiser, c'est dans nos communautés que ça va se vivre. »

« Prenons, par exemple, le message de la prévention. Vous savez que pour l'alcool, la ligne de conduite, c'est que la modération a meilleur goût. Pour la cigarette, les messages sont plutôt liés aux problèmes de santé, aux maladies, à la mort même. Pour le pot, le message n'a pas encore été créé », souligne Pierre Corbeil.

Le délai d'ici la légalisation du cannabis, prévue pour le 1er juillet 2018, est plutôt court, mais le maire de Val-d'Or estime que le gouvernement prendra le temps qu'il faut pour bien faire les choses.

« Il y a encore des choses qui sont à préciser. C'est court d'ici le 1er juillet - je pense que même le premier ministre Trudeau commence à le reconnaître, puisqu'il a évoqué la possibilité que ce ne soit pas une date fatidique. Pour le moment, on est plus dans les hypothèses que dans les décisions », résume-t-il.

Plus d'articles