Retour

Ottawa bilingue : Trudeau se demande si Gatineau en ferait autant

Les propos du premier ministre Justin Trudeau sur le mouvement voulant rendre officiellement la Ville d'Ottawa bilingue, tenus lors d'une émission spéciale, jeudi soir, entraînent de nombreuses réactions dans la région de la capitale nationale.

En entrevue lors de l'émission En direct avec le premier ministre du Canada, qui était diffusée sur ICI Radio-Canada Télé et ICI RDI, M. Trudeau a été interrogé sur son appui à l'idée d'une capitale bilingue.

« C'est un dossier municipal. [...] Est-ce que la Ville de Gatineau serait ouverte à devenir une Ville bilingue? », a-t-il répondu, ce à quoi l'animateur Patrice Roy a rétorqué que Gatineau n'est pas la capitale du Canada.

« On parle de la région de la capitale nationale. [...] Je préfère écouter les élus locaux par rapport à ça », a alors indiqué le premier ministre.

Le citoyen qui a soumis cette question à M. Trudeau, Michel Ouimet, est déçu de la réponse du premier ministre.

Je pense que Monsieur Trudeau, comme bien d’autres, s’en lave les mains.

Michel Ouimet, citoyen

« Est-il normal que le Québec, une province majoritairement francophone, le Nouveau-Brunswick, la seule province officiellement bilingue au Canada, les francophones et francophiles de partout au pays n’ont toujours pas de capitale nationale respectueuse de leur langue? », se demande M. Ouimet.

Il s’agit de la réaction habituelle du gouvernement fédéral depuis plusieurs années, selon le vice-doyen à la Faculté de droit de l'Université d'Ottawa, François Larocque.

« Dans l’extrait que je viens d’entendre, je n’ai pas entendu une offre d’appui. Ce que j’entends, c’est une invitation à entendre ce que les municipalités concernées ont à dire sur le sujet », précise-t-il.

Des règles différentes au Québec et en Ontario

Au Québec, une ville peut être déclarée bilingue si sa population atteint 50 % de citoyens anglophones, selon lui, ce qui n’est pas le cas de Gatineau.

En Ontario, les municipalités peuvent être administrées en français et en anglais ou seulement en anglais.

D'après les informations du journaliste Jérôme Bergeron

Plus d'articles

Commentaires