Retour

Ottawa enfonce des ententes dans la gorge des provinces, dénonce Barrette

Le gouvernement Trudeau use de menaces pour contraindre les provinces à signer des ententes sur les transferts en santé qui ne répondent pas aux besoins croissants de la population, affirme le ministre québécois de la Santé. Québec a également reçu un courriel « plein d'insinuations », soutient Gaétan Barrette, qui crie au « scandale » et se livre à une charge à fond de train contre Ottawa.

Dans une série d’entrevues accordées à Radio-Canada après qu’une entente entre Ottawa et la Saskatchewan eut été conclue, M. Barrette a accusé le gouvernement Trudeau d’avoir tordu le bras au gouvernement de centre-droit de Brad Wall pour parvenir à ses fins.

« Ils ont dit à la Saskatchewan : si vous n’arrêtez pas les résonances magnétiques privées, on va vous couper les transferts, parce que, selon Ottawa, c’est illégal », a-t-il affirmé. « Ils ont dit à la Saskatchewan : il n’y aura pas de coupure dans les transferts si vous signez une entente bilatérale sur les transferts en santé et on va vous laisser avoir des résonances magnétiques privées, ce qui est illégal, théoriquement, selon la Loi canadienne sur la santé. »

Le ministre saskatchewanais de la Santé Jim Reiter a indiqué mardi que sa province a en fait obtenu un « sursis d’un an » au sujet des résonances magnétiques privées, ce qui permettra à sa province de plaider que cette pratique ne nuit pas au bon fonctionnement du système public.

Selon M. Barrette, l'entente permet en outre le maintien des frais accessoires, contrevenant ainsi à la loi fédérale.

La Coalition canadienne de la santé a également déploré cette autorisation.

« On a un gouvernement fédéral qui accepte que sa loi ne soit pas appliquée, juste dans le but d’avoir une entente bilatérale qui va avoir comme conséquence de diminuer les services offerts aux Canadiens », dit-il.

Le ministre Barrette affirme qu’Ottawa tente d’utiliser la même stratégie avec Québec. Il soutient que le gouvernement Trudeau a envoyé à Québec un premier courriel depuis la conférence fédérale-provinciale de décembre, dans lequel il n’y avait « pas de menace formelle, mais […] plein d’insinuations. »

Je n’ai pas de menace formelle, mais le langage qui a été utilisé laisse présager qu’il va y avoir autre chose par la suite.

Gaétan Barrette

Il s’agit là d’une « première salve » qui reproduit ce qui s’est passé ailleurs au pays.

« J’ai parlé à mon collègue de la Saskatchewan. C’est exactement comme ça que ça s’est passé, insiste-t-il. C’est exactement comme ça que ça s’est passé avec les Territoires du Nord-Ouest, le Yukon et le Nunavut : Ottawa menace économiquement les provinces pour en arriver à ses fins. »

Selon M. Barrette, la proposition actuelle du gouvernement fédéral va réduire sa part du financement des soins de santé de 23 % à 20 %. Pour la seule question des soins à domicile, cela se traduirait par un manque à gagner de 165 millions de dollars, empêchant ainsi Québec d’offrir des soins à 100 000 personnes âgées de plus.

« Moi, je m’étais engagé à investir l’argent promis par le fédéral dans les soins de maintien à domicile », a souligné le ministre Barrette.

« Alors, là, on impose par la menace une coupure de financement, qui va entraîner une coupure de services. C’est ça le Canada dont on veut fêter le 150e anniversaire cette année? Moi, je trouve ça à proprement scandaleux. »

Le ministre de la Santé du Québec Gaétan Barrette

Outre la Saskatchewan, le Nouveau-Brunswick, Terre-Neuve-et-Labrador, la Nouvelle-Écosse et les trois territoires se sont déjà entendus avec Ottawa sur les transferts en santé.

Le front commun des provinces tient, assure le ministre

La stratégie d’Ottawa consiste à viser délibérément « les provinces et les territoires qui sont parmi les plus dépendants du financement fédéral » estime le ministre québécois de la Santé ,une allusion à celles qui ont signé jusqu'ici des ententes.

« Mais tout ce monde-là représente 9 % de la population canadienne » ajoute-t-il. « Les autres, on se parle tous les jours. On s’est parlé encore hier et on maintient notre front commun. »

J’accuse le gouvernement fédéral de ne pas pratiquer le fédéralisme de collaboration sur lequel il s’est fait élire. J’accuse le gouvernement fédéral de ne pas prendre en considération au mérite, fondé sur des données probantes, les besoins en croissance de sa propre population.

Gaétan Barrette

Dans un communiqué publié mardi, les premiers ministres des provinces soutiennent qu’ils demeurent « unis et déterminés dans la recherche d’une entente multilatérale » avec Ottawa, et continuent de réclamer une rencontre avec le premier ministre canadien Justin Trudeau pour discuter de la question.

« Les premiers ministres […] reconnaissent également que les provinces et les territoires font face à des particularités régionales uniques qui ont mené certains d’entre eux à signer des ententes bilatérales en matière de santé », peut-on y lire.

« Les premiers ministres des provinces et des territoires représentant 90 % de la population du Canada continuent néanmoins de rechercher la conclusion d’un partenariat financier juste et à long terme avec le gouvernement fédéral », ajoutent-ils. « Une nouvelle entente multilatérale fera en sorte que tout financement fédéral additionnel vienne appuyer les services de santé offerts dans toutes les provinces et dans tous les territoires. »

Entre-temps, le ministre Barrette invite les Québécois à profiter de la tournée de M. Trudeau dans la province pour l’interpeller à ce sujet, et à appeler leur député fédéral, particulièrement les libéraux, pour dénoncer les méthodes de négociations du gouvernement.

« Je dis à la population : soulevez-vous, parce que vous n’aurez pas les services, vos services vont diminuer parce que le fédéral ne collabore pas », a lancé le ministre.

Est-ce que c'est ça le fédéralisme de coopération auquel pensait M. Trudeau quand il s'est fait élire? Il est en tournée au Québec; ce serait bien que quelqu'un lui pose la question.

Gaétan Barrette

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine