Retour

Ottawa espère un corridor énergétique, mais Terre-Neuve et le Québec n’en parlent pas encore

Le gouvernement fédéral ouvre la porte à un certain financement pour faire progresser l'idée de construire une ligne régionale de transport de l'électricité au Québec et dans les provinces de l'Atlantique, mais aucune discussion sérieuse à ce sujet n'a encore eu lieu, selon la ministre des Ressources naturelles de Terre-Neuve-et-Labrador, Siobhan Coady.

Son gouvernement a toutefois l’intention de participer à la discussion, a souligné la ministre Coady, mercredi.

À Ottawa, le gouvernement de Justin Trudeau appuie l’idée. Si la ligne en question est construite, elle ferait partie d’un corridor énergétique national est-ouest.

Le ministre des Ressources naturelles, Jim Carr, se réjouit d’un récent dégel des relations entre le Québec et Terre-Neuve-et-Labrador et il espère que cela mène à une plus grande collaboration dans le domaine de l’énergie, a-t-il expliqué cette semaine à La Presse.

« Je suis encouragé par ce que j’ai entendu des élus des deux provinces. En même temps, les provinces atlantiques veulent mettre de l’avant une stratégie énergétique régionale. Le gouvernement du Canada peut jouer un rôle de facilitateur », a déclaré le ministre Carr à La Presse.

Ce serait un projet d’envergure: un nouveau moyen de transmission de l’énergie du Labrador jusqu’au Québec et dans d’autres régions du Canada et des États-Unis.

Le paysage politique semble approprié pour que le projet prenne forme. Des gouvernements libéraux sont en place dans les quatre provinces de l'Atlantique, au Québec et à Ottawa.

La ministre Siobhan Coady reconnaît qu’il n’y a pas encore de discussion au sommet, mais elle dit croire que ce n’est qu’une question de temps. Elle promet de vérifier à quel moment les discussions pourraient avoir lieu.

Les discussions entre Québec et Saint-Jean à l’heure actuelle portent principalement sur des occasions minières près de leur frontière commune.

Les provinces ont conclu au printemps dernier un nouvel accord de libre-échange qui couvre par défaut tous les secteurs de l'économie, y compris l’énergie. Dans le cadre de cet accord, des provinces ont demandé au Québec et à Terre-Neuve-et-Labrador de se parler afin de surmonter des décennies de tension en matière d’énergie. Les deux voisins ont montré une volonté d’enterrer la hache de guerre, et la main tendue par Ottawa pourrait faciliter les progrès.

Lorsque le gouvernement fédéral s’avance, Terre-Neuve-et-Labrador devrait participer à la discussion, souligne Siobhan Coady.

D’après un reportage de Terry Roberts, CBC

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine