Retour

Ottawa modifie le programme de remplacement des navires militaires

Le gouvernement de Justin Trudeau a dévoilé les prochaines étapes pour améliorer la Stratégie nationale de construction navale. Le but de ces changements est de livrer ces navires le plus rapidement possible.

La ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, Judy Foote, annonce que le gouvernement veut doubler la main-d'oeuvre impliquée dans sa stratégie navale.

« La Stratégie nationale de construction navale est profitable pour le Canada, mais elle doit être revue. Notre gouvernement a donc examiné les succès et les lacunes de la Stratégie, puis a ciblé les secteurs qu'il fallait améliorer. Nous apportons ces correctifs pour que les hommes et les femmes en uniforme aient les navires dont ils ont besoin le plus rapidement possible. Nous nous assurons également que les Canadiens et les Canadiennes de la classe moyenne profiteront des possibilités économiques et des emplois qui découleront de cette stratégie, et nous tiendrons le public informé de l'avancement des travaux », affirme la ministre.

Elle veut également rendre les dépenses encourues par le programme plus transparentes et responsables. Le gouvernement du Canada dit être déterminé à établir un dialogue ouvert avec la population canadienne. 

Une rencontre avec l'industrie

Une rencontre a d'ailleurs eu lieu la semaine dernière, à Halifax, avec l'industrie. Cette réunion a permis à la Marine royale canadienne de présenter ses exigences de haut niveau à 12 compagnies internationales et à l'entrepreneur principal Irving Shipbuilding.

Il s'agissait de la première réunion du genre dans le programme de remplacement des navires militaire et des navires de patrouille.

Le président d'Irving Shipbuilding, Kevin McCoy, croit que ça peut faire avancer les choses. « L'industrie peut voir quelles sont les exigences afin de comprendre leur stratégie et les changements à faire aux navires », a-t-il dit. 

Le gouvernement libéral lancera bientôt un appel d'offres pour la construction de l'intérieur des navires. Le processus sera également accéléré, puisque la construction des navires prend du retard.

Pour chaque année de retard, l'inflation gruge une partie du budget du projet. Le président d'Irving Shipbuilding dit que cela représente des centaines de millions de dollars pour le gouvernement fédéral.

« Il y a certainement une raison économique, mais le Canada a aussi besoin de ces bateaux », affirme Kevin McCoy.

Irving Shipbuilding espère aussi que le processus de construction des navires soit accéléré. Selon lui, un écart entre chaque projet se traduirait par une baisse de production et des mises à pied sur le chantier de Halifax, ce qui signifie que des travailleurs expérimentés partiraient chercher des emplois ailleurs.

« Nous sommes très inquiets à ce sujet, soutient M. McCoy. Nos responsables rencontrent les fonctionnaires fédéraux une fois par mois pour en discuter. »

Les coûts de la construction des 15 navires de combat avaient été évalués à 26 milliards de dollars par le gouvernement de Stephen Harper. Par contre, de nouvelles informations dévoilent que ce programme pourrait coûter jusqu'à 40 milliards de dollars.

À Halifax, Irving Shipbuilding travaille en ce moment sur la construction du premier navire. La construction du deuxième devrait commencer plus tard cette année. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine