Retour

Ottawa n'encourage pas « les passages clandestins » à la frontière

Après l'arrivée au Canada de centaines d'Haïtiens en provenance des États-Unis, le ministre fédéral de l'Immigration a découragé vendredi les migrants de traverser illégalement la frontière.

« Si leur demande d’asile est crédible, ils restent. Sinon, ils sont expulsés. C’est la loi », a-t-il dit, lors d'une entrevue diffusée sur les ondes du réseau anglais CBC.

Au moins une centaine d’Haïtiens arrivent chaque jour dans la province depuis que le président américain, Donald Trump, a menacé d’en expulser plus de 50 000.

Le ministre de l'Immigration, Ahmed Hussen, recommande à ces migrants clandestins de faire leur demande d’asile aux États-Unis, « un pays sécuritaire qui a un système solide et équitable ».

Entente sur les tiers pays sûrs

« Nous voulons que les demandes d’asile soient faites dans le premier pays sécuritaire dans lequel les migrants sont arrivés. Dans ce cas-ci, il s’agit des États-Unis », a rappelé le ministre fédéral, tel qu’il est indiqué dans l’entente entre le Canada et les États-Unis sur les tiers pays sûrs.

Le ministre a souligné que le Canada s’engageait à accueillir ceux qui fuient la guerre et la persécution, sans compromettre la sécurité des Canadiens. Il a qualifié de « solides » les systèmes de demande d’asile canadien et américain.

« Ce n’est pas un nouveau phénomène », a-t-il souligné. Il a rappelé que les migrants devaient passer par un vaste contrôle de sécurité avant de pouvoir entrer au pays.

Trudeau rassurant

De passage dans le sud-est de l'Ontario, Justin Trudeau a confirmé que son ministre de l'Immigration procédait à l'évaluation de la situation des demandeurs d'asile au Québec.

Le premier ministre n'a pas voulu commenter les propos d'Ahmed Hussen, qui décourage les migrants d'entrer illégalement au Canada. Justin Trudeau a préféré parler de la confiance de la population dans les procédures suivies par les agents des douanes et de l'immigration.

« Nous comprenons que c'est une grande force d'être accueillants, mais cette force que nous avons, c'est parce que les Canadiens ont confiance dans notre système et savent que l'intégration des immigrants est positive pour notre pays », a ajouté le premier ministre.

Un plan pour accueillir les réfugiés

Plus de 6500 demandes d’asile ont été reçues au Québec de janvier à juin, selon les données du ministère de l’Immigration.

De nombreux demandeurs d'asile sont arrivés à Montréal au cours des derniers jours et certains sont hébergés temporairement au stade olympique de Montréal, dont la capacité d'accueil est passée à 1050 places vendredi soir.

Le ministre Ahmed Hussen a affirmé qu’un plan avait été mis en place et que le gouvernement fédéral travaillait en étroite collaboration avec l’Agence des services frontaliers du Canada, la GRC, le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal.

« Nous sommes préparés. La seule raison qui fait que ces agences arrivent à traverser ce grand défi en douceur, c’est la préparation et la planification qui ont eu lieu au cours des derniers mois », a déclaré M. Hussen.

Vendredi soir, le ministre s'est rendu au poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle afin de visiter les installations et de rencontrer les agents frontaliers.

Plus d'articles

Commentaires