Retour

Ottawa renonce à un troisième navire de ravitaillement

Le ministère canadien de la Défense évoque des « contraintes fiscales » pour expliquer que seulement deux navires de ravitaillement sont prévus dans la nouvelle politique de défense du gouvernement de Justin Trudeau, même si les responsables de la marine soutiennent que trois sont nécessaires.

Les navires de soutien interarmées (NSI) sont jugés cruciaux pour mener des opérations navales un peu partout dans le monde. Ils transportent des munitions, du carburant et d'autres approvisionnements aux groupes opérationnels navals, en plus d'être dotés d'installations médicales et d'entretien.

La politique de défense des libéraux, dévoilée en juin, promettait une marine capable de déployer et de soutenir deux groupes opérationnels navals, chacun composé de jusqu'à quatre navires de combat et d'un NSI.

Le document précise qu'une telle flotte permettra au Canada de contribuer aux missions internationales « tout en garantissant la capacité de surveiller notre propre territoire maritime et de contribuer à la sécurité de l'Amérique du Nord ».

Si Ottawa s'est engagé à faire l'acquisition de 15 nouveaux navires de combat afin de remplacer les frégates et les destroyers pour une facture s'élevant entre 56 et 60 milliards de dollars, ils n'ont promis que deux NSI.

Certains s'inquiètent de voir que la Marine être paralysée si un des navires doit être entretenu ou se trouve indisponible.

Le gouvernement conservateur de Stephen Harper avait promis trois NSI en 2006, peu après avoir été porté au pouvoir. Il est toutefois revenu sur sa promesse quatre ans plus tard, annonçant plutôt la construction de deux navires et potentiellement un troisième.

Les libéraux ont écarté cette possibilité, malgré s'être engagés à injecter 62 milliards de dollars de plus dans les forces armées au cours des 20 prochaines années.

La Marine royale canadienne se trouve en fait sans NSI depuis qu'un incendie à bord du NCSM Portecteur et la corrosion sur le NCSM Preserver eurent forcé leur retrait prématuré en 2014.

La Marine commencera cet hiver à louer le MV Astérix, un navire commercial converti, en attendant la livraison des deux NSI.

Plus d'articles

Commentaires