Retour

Ottawa s'attaque au harcèlement en milieu de travail

Le gouvernement Trudeau veut mettre fin au harcèlement sexuel et à toute autre forme de harcèlement et de violence en milieu de travail.

La ministre de l'Emploi, du Développement de la main-d'oeuvre et du Travail, Patty Hajdu, a déposé un projet de loi dans ce but à la Chambre des communes mardi. Ottawa mène des consultations sur cette question depuis plusieurs mois.

La loi s'appliquera aux secteurs sous autorité fédérale comme les banques, les transports et les télécommunications. Les employés de la fonction publique fédérale et ceux du Parlement y seront aussi assujettis.

Le projet de loi va notamment modifier le Code canadien du travail pour lutter plus efficacement contre ce problème. Ottawa veut forcer les employeurs à agir lorsqu'ils reçoivent des plaintes.

En vertu de ce projet de loi, tous les employeurs auraient l'obligation d'élaborer une politique pour prévenir le harcèlement. En cas de plainte, ils clarifieraient la marche à suivre, qui inclurait au besoin une enquête indépendante menée par une « personne compétente ».

Le projet de loi ne prévoit aucune sanction à imposer contre la personne qui en harcèlerait une autre. Ce serait à l'employeur de déterminer les pénalités appropriées dans sa politique.

La loi s'accompagnera d'une campagne de sensibilisation et de la mise sur pied d'une ligne téléphonique sans frais pour informer les victimes de harcèlement qui désirent porter plainte. Le gouvernement n'a pas précisé quel sera le budget consacré pour mettre en place ces mesures.

Ottawa souhaite l'appui des partis d'opposition pour adopter ce projet de loi dans des délais plus courts que d'habitude.

Par ailleurs, un rapport du gouvernement fédéral montre que les cas de harcèlement en milieu de travail sont courants au pays et que peu de soutien est offert aux victimes. Ainsi, 60 % des répondants à un sondage en ligne mené par Ottawa disent avoir souffert de harcèlement au travail, et 30 % de harcèlement sexuel.

Avec les informations de Daniel Thibeault

Plus d'articles

Commentaires