Retour

Ottawa s'entend avec les provinces pour créer 40 000 places en garderie

Le gouvernement fédéral versera une somme de 7,5 milliards de dollars sur une période de 11 ans aux provinces – à l'exception du Québec – dans le cadre d'une entente sur le financement des services de garde. Ottawa espère ainsi créer quelque 40 000 nouvelles places subventionnées en garderie à l'échelle du pays.

Le gouvernement Trudeau souhaite ainsi « soutenir et créer un service de garde abordable et de qualité » partout au pays, avec une attention particulière accordée aux populations vulnérables comme les minorités linguistiques et les nations autochtones.

« Des investissements dans des services de garde et d’apprentissage de qualité sont fondamentaux pour faire en sorte que nos enfants plus vulnérables puissent bien se développer dans la vie », a déclaré Jean-Yves Duclos, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, au moment de l'annonce.

En ce moment, au pays, seul un enfant sur quatre a accès à des services de garde réglementés.

Le ministre Duclos a soutenu que des politiques de garde bien élaborées seront bénéfiques pour l'ensemble des Canadiens, car elles permettront d'accroître les revenus des familles et de réduire la pauvreté. Il a également affirmé que ces mesures traduisaient un engagement ferme envers le principe d'égalité homme-femme, puisqu'elles permettaient un accès équitable au marché du travail pour tous les citoyens, particulièrement pour les mères de famille.

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau s’était déjà engagé dans le dernier budget à verser ces sommes aux provinces à compter de 2018-2019.

L’entente multilatérale a été conclue à l’issue d’une rencontre fédérale-provinciale qui s'est tenue ce matin à Ottawa. Il s'agit de la première entente de ce type entre les paliers fédéral et provincial.

À la suite de ce premier volet, les provinces devront à nouveau s'asseoir avec Ottawa pour conclure des accords bilatéraux visant à déterminer de quelle façon le financement sera accordé au cours des trois premières années. L'accord sera relativement flexible, selon les informations obtenues par Radio-Canada, puisque les provinces présentent des niveaux différents de développement de leur réseau de garderies.

Le Québec cité en exemple

Le Québec n'était représenté que par un haut fonctionnaire, puisque la province dispose déjà de son propre réseau de garderies subventionnées.

Le ministre Duclos a d'ailleurs vanté ce réseau au cours de la conférence de presse, expliquant qu'il avait fourni des « enseignements majeurs et utiles pour l'ensemble de la Confédération ». Afin de poursuivre sur cette voie, Jean-Yves Duclos a confirmé que le financement accordé prévoit un montant de 100 millions de dollars pour permettre le développement d'autres modèles « innovateurs » et une somme de 95 millions réservée à combler les lacunes en matière de données sur les politiques de garde au Canada.

Le ministre a aussi laissé entendre que le Québec serait sollicité pour démontrer son expertise dans le domaine au cours des prochaines années.

Le Québec est néanmoins admissible à un droit de retrait avec compensation qui correspond à 23 % du montant annoncé par Ottawa. La province touchera donc tout de même une somme de 88 millions de dollars au cours des trois prochaines années pour financer son réseau.

La Colombie-Britannique était également absente de la table de négociations ce matin, mais pour d’autres raisons.

L’instabilité politique qui secoue la province a empêché le gouvernement de Christy Clark de dépêcher un représentant. Le gouvernement minoritaire de Mme Clark pourrait bientôt être défait en raison de l’alliance conclue entre le Nouveau Parti démocratique (NPD) et le Parti vert de la province.

L’entente avec la Colombie-Britannique est pour l'instant reportée, mais elle devrait être signée ultérieurement.

Avec des informations de Louis Blouin

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine