Retour

Ottawa-Vanier : un dernier débat avant le grand jour

Les candidats à l'investiture libérale dans la circonscription fédérale d'Ottawa-Vanier se sont affrontés, hier soir, dans un dernier débat avant l'investiture qui aura lieu ce dimanche, au Centre des conférences d'Ottawa dans l'est de la ville. Ce fut une des dernières occasions pour les candidats de se démarquer et de convaincre les membres du parti de voter pour eux

Un texte d'Angie Bonenfant

Le débat de deux heures s'est déroulé en français et en anglais devant une salle comble. Les huit candidats ont répondu à plusieurs questions provenant des membres du parti présents dans la salle.

La réforme électorale s'invite au débat

L'abandon de la réforme du mode de scrutin électoral par le gouvernement libéral de Justin Trudeau a suscité la consternation parmi les membres du parti. Certains ont voulu savoir la position des candidats sur cette volte-face.

Nicolas Moyer a soutenu qu'il n'avait pas accueilli cette nouvelle « avec grand enthousiasme », mais a rappelé que cette promesse ne faisait pas partie des priorités des résidents d'Ottawa-Vanier qu'il a rencontrés dans son porte-à-porte. Un constat que partagent également Véronique Soucy, Khatera Akbari et Éric Khaiat.

Mona Fortier a indiqué qu'il serait peut-être plus sage, avant toute réforme, d'encourager « les gens à aller voter ». Le désintérèssement des jeunes et des moins jeunes par le processus électoral est une réelle préoccupation, a-t-elle déclaré.

Francis Leblanc a proposé de déposer un projet de loi qui permettrait à Élection Canada de tester, aux prochaines élections, deux modes de scrutin sur un même bulletin de vote. Le gouvernement, a-t-il dit, pourrait utiliser ces informations pour alimenter une réflexion sur une éventuelle réforme.

Le réaménagement de la base militaire Rockcliffe

Le nom très anglophone -- Wateridge -- du nouveau projet domiciliaire en construction sur l'ancienne base militaire de Rockcliffe fait sourciller bien des candidats. C'est Mona Fortier qui a été la première à soulever le point au cours du débat, mais plusieurs autres candidats ont partagé son étonnement.

Éric Khaiat a repris la balle au bond. Il a rappelé que « ce nouveau quartier sera situé près de l'hôpital Montfort et attirera certainement des travailleurs francophones ». Selon lui, il serait important d'offrir aux futurs résidents francophones des services de base dans leur langue, tels qu'une école.

Khatera Akbari a fait part de ses inquiétudes par rapport à la place de logements abordables dans ce projet. Tandis que Ainsley Malhotra et Francis Leblanc ne veulent pas que ce nouveau quartier devienne une banlieue-dortoir.

Jean-Claude Dubuisson, quant à lui, a soutenu que le redéveloppement de la base militaire n'était peut-être pas parfait, mais qu'il était attendu depuis longtemps. Ce nouveau projet domiciliaire est bon pour l'économie de la circonscription, a-t-il déclaré.

L'arrivée d'un nouvel ambassadeur des États-Unis

L'élection de Donald Trump aux États-Unis a suscité quelques inquiétudes parmi les membres du Parti libéral dans la circonscription d'Ottawa-Vanier. Et, hier soir, certains ont voulu savoir quelle attitude adopterait le candidat élu avec le représentant officiel de la Maison-Blanche au Canada.

L'ensemble des candidats a soutenu que le moment ne serait pas à la confrontation. « Même si nous ne partagerons pas la même opinion, je le traiterai avec le plus grand respect », a indiqué Khatera Akbari.

« Les États-Unis sont notre plus gros partenaire économique. Je pense qu'il faut être capable de discuter avec eux », a rappelé Véronique Soucy. « Je pense aussi qu'il faut au besoin pouvoir soulever nos préoccupations et nous en avons plusieurs. »

Nicolas Moyer rappelerait à l'ambassadeur qu'une collaboration basée sur le respect comporte plus d'avantages que d'inconvénients. Ainsley Malhotra insisterait sur l'importance des valeurs canadiennes. Tandis que Francis Leblanc inviterait l'ambassadeur dans une tournée des provinces canadiennes pour qu'il puisse bien saisir ces valeurs sur lesquels repose notre pays.

Autres sujets

Au cours du débat, il a aussi été question des nouveaux arrivants, des employés à temps partiel n'ayant aucun avantage social et de la stratégie libérale d'augmenter le déficit pour investir davantage dans des programmes sociaux.

L'investiture libérale aura lieu dimanche le 5 février, de 10 h à 15 h. La date des élections partielles n'a toujours pas été dévoilée par le gouvernement.

La réactions en vidéos des candidats concernant la réfome électorale

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les régimes: 10 mythes tenaces