Retour

Ouellet plaide que ses adversaires feront reculer la cause indépendantiste

Fidèle à ses convictions, Martine Ouellet a lancé mardi un ultime appel au rassemblement des forces indépendantistes en sa faveur dans le cadre de la course à la direction du Parti québécois. Selon elle, ses trois adversaires « abdiquent » sur la capacité des Québécois à réaliser leur indépendance, infligeant du coup un « recul dommageable » à la cause.

Un texte de François Messier

Dressant un bilan de la course en cours depuis le mois de mai, la députée de Vachon s'est félicitée qu'elle n'ait pas tournée au couronnement, mais soit plutôt devenue « la plus serrée qu'a connue le Parti québécois » dans son histoire. Selon elle, cette course est également « historique » en raison des positions que défendent Alexandre Cloutier, Jean-François Lisée et Paul St-Pierre Plamondon

« Ils affirment que le seul gage de succès pour le Parti québécois à la prochaine campagne électorale est d'abdiquer sur notre capacité collective à réaliser l'indépendance », a plaidé l'ancienne ministre des Ressources naturelles du gouvernement Marois. « C'est exactement le contraire! Ce n'est même un repli stratégique, c'est un recul dommageable. »

Les « garanties de gagner n'existent pas » en politique, a poursuivi Mme Ouellet. Selon elle, qu'il s'agisse d'une élection générale ou d'un référendum, « la seule garantie qui existe réside dans les moyens qu'on se donne pour l'emporter ».

Elle affirme du coup être la seule candidate à la succession de Pierre Karl Péladeau à vouloir mettre en oeuvre ces moyens, non seulement pour battre le Parti libéral en 2018, mais aussi pour réaliser l'indépendance au cours du premier mandat d'un gouvernement péquiste qu'elle dirigerait.

Martine Ouellet en appelle du coup à tous les indépendantistes - « à tous ceux et celles qui sont tannés d'attendre, de tourner en rond, à tous ceux et celles qui veulent voir la réalisation du pays du Québec » - de se rallier à sa candidature.

Si elle perd, elle promet de se rallier au vainqueur

Bien qu'elle critique sans ménagement la démarche référendaire préconisée par ses collègues, Mme Ouellet réitére qu'elle se ralliera au vainqueur, advenant qu'elle ne l'emporte pas.

Elle assure du même souffle qu'elle ne renoncerait pas le cas échéant à défendre ses convictions à l'intérieur du parti. « Les choses évoluent en politique », a-t-elle souligné. « On ne peut jamais prévoir ce qui va arriver. »

Elle a aussi répété qu'elle ne donne aucun mot d'ordre à ses partisans quant au deuxième choix qu'ils devront enregistrer leur du vote, qui commence mercredi.

Invitée à dire si elle préférait la position de M. Cloutier ou celle de M. Lisée, elle a refusé de se commettre, renvoyant ses deux adversaires dos à dos.

La seule bonne option pour renforcer le parti et le mouvement indépendantiste, assure-t-elle, est de prendre l'engagement de réaliser l'indépendance.

« Après ça, que ce soit avec de l'ambiguïté ou que ce soit avec un report, encore et encore, ça revient au même. Parce que l'ambiguïté, c'est une façon de dire maintenant qu'on va reporter plus tard. Pour moi, c'est la même chose », a fait valoir Mme Ouellet.

Plus d'articles