Retour

Ouellet presse Cloutier de laisser ses militants tranquilles

Paniqué à l'idée de ne pas être présent au troisième tour, le soir du scrutin, Alexandre Cloutier exerce une pression « mal placée » sur ses militants, affirme Martine Ouellet. Cette pression se manifeste par des « téléphones répétés, insistants », ce qui est complètement « inutile, inefficace et contre-productif », estime la candidate.

Un texte d'Hugo Lavallée

Martine Ouellet juge probable que trois décomptes seront nécessaires pour permettre l'élection d'un nouveau chef du Parti québécois le 7 octobre prochain. Or, « si la tendance se poursuit, il est maintenant possible de croire qu'Alexandre ne fera pas le troisième tour », affirme-t-elle.

Dans ce contexte, le duel ultime aura lieu entre elle et Jean-François Lisée, prévient la candidate.

Par « respect » et par « empathie » pour les autres candidats, la députée Ouellet s'engage à ne pas faire pression sur leurs militants afin de recueillir leur deuxième ou leur troisième choix. Elle demande la pareille à ses rivaux.

« Les gens sont capables de choisir, ils sont intelligents », dit-elle, ajoutant que l'ensemble des candidats devraient se réfréner de recourir à des « tactiques de pression sur les autres équipes », et ce, malgré le « vent de panique » qui s'est emparé de certaines d'elles.

Alexandre Cloutier s'en défend. « On a des centaines de bénévoles partout au Québec qui font des appels. On va continuer à faire des appels. Il faut le faire dans le respect et dans l'ouverture, ce qui nous caractérise depuis le début de cette course », a-t-il dit lors d'un point de presse jeudi après-midi.

Des priorités dignes de Robert Bourassa

En entrevue à Radio-Canada, Martine Ouellet a par ailleurs expliqué qu'elle entendait revoir, si elle est élue, les priorités établies par le caucus des députés du Parti québécois lors de sa rencontre de Gatineau le mois dernier.

« C'est des priorités qu'aurait pu avoir, par exemple, Robert Bourassa », tranche-t-elle, en parlant du programme d'opposition que s'est donné le PQ.

Elle rappelle qu'elle s'est déjà engagée à convoquer un caucus spécial de trois jours pour revoir, avec ses députés, l'ensemble des priorités du parti si elle est choisie comme chef.

Plus d'articles

Commentaires