Retour

Parti conservateur de la Nouvelle-Écosse : une première femme dans la course

Elizabeth Smith-McCrossin est la quatrième personne, et la première femme, à se lancer dans la course à la direction du Parti progressiste-conservateur (PC) de la Nouvelle-Écosse.

La députée de Cumberland-Nord, élue pour la première fois il y a moins d’un an, annonçait sa candidature et lançait sa campagne mardi soir à Amherst.

Diplômée en sciences infirmières, Mme Smith-McCrossin, 48 ans, est propriétaire de l’entreprise East Coast Holistic Health.

Elle a fait son entrée à l’Assemblée législative de la province lors de l’élection de 2017, délogeant l’ancien député libéral Terry Farrell.

Trois autres candidats à la direction

Le député de Pictou-Est Tim Houston, le député de Kings-Nord John Lohr, et le maire du Cap-Breton Cecil Clarke sont les trois autres candidats qui briguent la direction du Parti progressiste-conservateur de la Nouvelle-Écosse.

M. Clarke, un ancien député de 2001 à 2011, est le seul à ne pas siéger présentement à l’Assemblée législative provinciale. Des voix se sont élevées au Cap-Breton pour qu’il quitte son poste de maire, devant les craintes que ses activités de campagne nuisent à ses fonctions et que la Municipalité ne se trouve à dépenser des fonds publics pour aider le maire à « se trouver un nouvel emploi ».

Karla MacFarlane, députée de Pictou-Ouest, est présentement la cheffe intérimaire du Parti progressiste-conservateur de la Nouvelle-Écosse et cheffe de l'opposition officielle à l’Assemblée législative. Elle remplace Jamie Baillie, qui a démissionné de son poste de chef du PC le 24 janvier à la suite d’allégations de « comportement inapproprié ». M. Baillie avait déjà annoncé le 1er novembre dernier qu’il céderait sa place de chef.

La date du congrès d'investiture n'a pas encore été établie.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Le plus beau cadeau qu'elle pouvait recevoir





Rabais de la semaine