Retour

Parti conservateur de la Nouvelle-Écosse : une première femme dans la course

Elizabeth Smith-McCrossin est la quatrième personne, et la première femme, à se lancer dans la course à la direction du Parti progressiste-conservateur (PC) de la Nouvelle-Écosse.

La députée de Cumberland-Nord, élue pour la première fois il y a moins d’un an, annonçait sa candidature et lançait sa campagne mardi soir à Amherst.

Diplômée en sciences infirmières, Mme Smith-McCrossin, 48 ans, est propriétaire de l’entreprise East Coast Holistic Health.

Elle a fait son entrée à l’Assemblée législative de la province lors de l’élection de 2017, délogeant l’ancien député libéral Terry Farrell.

Trois autres candidats à la direction

Le député de Pictou-Est Tim Houston, le député de Kings-Nord John Lohr, et le maire du Cap-Breton Cecil Clarke sont les trois autres candidats qui briguent la direction du Parti progressiste-conservateur de la Nouvelle-Écosse.

M. Clarke, un ancien député de 2001 à 2011, est le seul à ne pas siéger présentement à l’Assemblée législative provinciale. Des voix se sont élevées au Cap-Breton pour qu’il quitte son poste de maire, devant les craintes que ses activités de campagne nuisent à ses fonctions et que la Municipalité ne se trouve à dépenser des fonds publics pour aider le maire à « se trouver un nouvel emploi ».

Karla MacFarlane, députée de Pictou-Ouest, est présentement la cheffe intérimaire du Parti progressiste-conservateur de la Nouvelle-Écosse et cheffe de l'opposition officielle à l’Assemblée législative. Elle remplace Jamie Baillie, qui a démissionné de son poste de chef du PC le 24 janvier à la suite d’allégations de « comportement inapproprié ». M. Baillie avait déjà annoncé le 1er novembre dernier qu’il céderait sa place de chef.

La date du congrès d'investiture n'a pas encore été établie.

Plus d'articles