Trois d'un coup. Trois départs annoncés au Parti québécois. Deux autres à venir. Et pas n'importe lesquels : Agnès Maltais, Nicole Léger, Alexandre Cloutier, François Gendron et Claude Cousineau. Crise au PQ? Pas à première vue. Il est plutôt question « d'élagage naturel ».

Une analyse de Sébastien Bovet, chef de bureau à l’Assemblée nationale

L’image peut paraître dure, mais il n’en est rien. Comparons un parti politique à un arbre. L’arbre pousse, il grandit. Les branches qui lui ont permis de devenir fort et mature faiblissent. Elles s’élaguent par elles-mêmes. Non, on ne parle pas de bois mort. On parle de branches qui ont rendu de bons et loyaux services.

Nicole Léger est rassembleuse. Agnès Maltais est une bagarreuse. François Gendron est vrai. Claude Cousineau est un député de terrain, apprécié dans sa circonscription.

Leur annonce de départ, à 9 mois des élections, est dans l’ordre des choses. C’est un choix personnel, naturel. Le retrait qui surprend le plus est celui d’Alexandre Cloutier. Le député de 40 ans est une jeune branche de l’arbre, forte, prometteuse. Mais une branche qui a subi les intempéries.

Les deux défaites dans les courses à la direction ont laissé des traces. Le cœur n’y est plus.

Ces départs ne menacent pas le leadership de Jean-François Lisée à court terme. Si les Sylvain Gaudreault, Diane Lamarre, Mathieu Traversy ou Pascal Bérubé pour ne nommer que ceux-là étaient même seulement « en réflexion », là il y aurait un gros problème. Par contre, le chef péquiste devra démontrer qu’il est capable de faire pousser de nouvelles branches.

C’est pour ça que la rumeur est forte autour d’un retour de Jean-Martin Aussant. Léger problème. M. Aussant est pressé de faire l’indépendance alors que Jean-François Lisée l’est moins. Comment réconcilier ces deux visions?

Belle négociation en perspective et attention au syndrome du sauveur. Les sauveurs n’existent pas en politique.

Le Parti libéral

La situation est la même au PLQ. Normal que Jean-Marc Fournier, Pierre Reid, Norbert Morin et Raymond Bernier, par exemple, soient en réflexion. Il y a ici un mélange d’âge et d’années de service, le même principe « d’élagage naturel ». Si les Dominique Anglade, Pierre Moreau, Sébastien Proulx ou Martin Coiteux songeaient à leur avenir, là, Philippe Couillard aurait un problème.

Finalement, il n’y a qu’à la Coalition avenir Québec (CAQ) que personne ne semble en réflexion. À la CAQ, personne ne veut quitter le navire quand la croisière s’amuse.

Et Denis Coderre?

Vous vous rappelez l’affirmation énigmatique de Denis Coderre au lendemain de sa défaite à la mairie Montréal? Il avait dit qu’il quittait la politique municipale et pas la politique tout court.

Il n’en fallait pas plus pour que plusieurs pensent qu’il ferait le saut en politique provinciale ou fédéral.

M. Coderre n’a, semble-t-il, pas l’intention d’y aller.

« Il n’est pas intéressé et n’a pas été approché » nous dit une source très proche. Ce qui ne l’a pas empêché de déjeuner avec le ministre libéral Sébastien Proulx la semaine dernière à Québec. Alors nous prenons note, en date du 16 janvier, et on se garde une petite gêne parce qu’on en a vu d’autres.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Le secret derrière les trop longues douches de ce jeune homme...





Rabais de la semaine