Retour

Parti saskatchewanais : Jeremy Harrison prêt à se départir de la Régie de la plaque tournante

Le candidat à la direction du Parti saskatchewanais et ministre de l'Économie Jeremy Harrison affirme que, sous son leadership, le gouvernement se débarrasserait de ses parts de la Régie de la plaque tournante de transport mondial (GTH).

Jeremy Harrison s'est adressé aux médias jeudi matin pour présenter son plan de réforme des règles d’éthique du gouvernement. Le message de M. Harrison est clair : les règles d'éthique et de transparence du gouvernement doivent être renforcées.

Selon lui, cela passe notamment par la vente de la GTH, qui fait l’objet de controverses depuis plusieurs mois en raison de transactions foncières douteuses.

La Régie avait notamment acheté plus de 204 acres de terres à un prix deux à trois plus élevé que l'évaluation gouvernementale en 2013.

M. Harrison a lui-même chapeauté la GTH à titre de ministre de l'Économie, mais il assure qu’aucun des scandales des derniers mois n’aurait vu le jour s’il avait été en poste comme premier ministre.

Il souhaite mettre fin à la participation du gouvernement dans le développement des terres commerciales. « Nous n'aurions jamais dû être engagés dans ce projet en premier lieu [...] il aurait dû être pris en charge par le secteur privé. »

Des mois de controverses

L’ex-ministre a affirmé qu’il comptait aussi se concentrer sur les lois sur les conflits d'intérêts, la liberté d'information et le lobbyisme dans sa réforme. Jeremy Harrison a notamment commenté l'affaire Bill Boyd en affirmant que, s'il avait été premier ministre, il aurait renvoyé n'importe quel ministre qui se serait retrouvé dans des circonstances similaires.

Bill Boyd, actuel député de Kindersley et ancien ministre de l'Économie, se trouve présentement dans l'embarras pour son implication dans un stratagème d'immigration dont il aurait pu soutirer des bénéfices pour ses activités agricoles.

Les engagements de Jeremy Harrison n’ont pas convaincu l’opposition officielle. Le Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan avance que c'est tout le Parti saskatchewanais qui manque de transparence.

La chef par intérim du NPD, Nicole Sarauer, précise que les critiques de Jeremy Harrison envers Bill Boyd servent seulement à le mettre en valeur.

Le NPD soutient également que M. Harrisson aurait pu agir bien avant pour entreprendre des changements sur les règles d'éthique en tant que membre du Cabinet du gouvernement Wall.

D’après les reportages d’Andréanne Apablaza et d'Audrey Neveu

Plus d'articles

Commentaires