Retour

Partielle de Gouin : l’écran de fumée du PQ

Avec la retraite politique de Françoise David, la circonscription de Gouin, à Montréal, sera le théâtre d'une élection partielle d'ici le mois d'août. Aujourd'hui, le Parti québécois a annoncé qu'il ne présentera pas de candidat, laissant donc le champ libre à Québec solidaire. La décision est présentée comme un « geste de bonne foi » pour discuter de convergence entre les deux formations politiques. Mais quand on y réfléchit, cet argument n'est probablement qu'un simple écran de fumée.

Une analyse de Sébastien Bovet

Québec solidaire n’a jamais fait de cachettes. Le parti présentera un candidat à l’élection partielle dans Gouin. Non seulement il y aura un candidat solidaire, mais le parti mettra le paquet pour conserver la circonscription.

Le nom de Gabriel Nadeau-Dubois, l’ancien leader étudiant, circule abondamment comme candidat probable. Devant cette position ferme, le Parti québécois a testé des noms de candidats possibles dans Gouin.

Il a commandé un sondage qui soumettait les noms de Paul St-Pierre Plamondon, la « révélation » de la course à la direction du parti, et de l’ancien député Nicolas Girard. On ne connaît pas les résultats du sondage (et, ô surprise, le PQ ne veut pas les dévoiler), mais on sait quelle interprétation le chef péquiste Jean-François Lisée en fait.

Ses commentaires nécessitent eux-mêmes qu’on lise entre les lignes :

« On a des candidats qui ont un potentiel de croissance, on pourrait gagner. »

Interprétation libre : « Le sondage nous dit que peu importe qui est notre candidat, on est en retard. »

« On pourrait gagner si on travaillait très fort. »

Interprétation libre : « Ça prendrait tout un miracle pour qu’on gagne. »

« Nous, on pense que c’est le bon geste politique à poser maintenant pour démontrer qu’on est sincère dans notre volonté d’arriver à trouver une addition qui sera bonne pour nos deux partis. »

Interprétation libre : « De toute évidence, on ne gagnera pas Gouin, donc on n’a rien à perdre à dire qu’on ne présente pas de candidat et en présentant ça comme une volonté de discuter convergence. »

Un meilleur rapport de force

Le problème ici, c’est que le but de la convergence souverainiste est de bloquer les libéraux ou les caquistes, donc d’éviter que la division du vote souverainiste permette à un parti fédéraliste d’être élu. Ce n’est pas de ménager un parti rival.

Or, Gouin vote PQ ou QS sans arrêt depuis 1976. Le député a toujours été élu avec plus de 2000 voix d’avance, sauf en 1989 (722 voix). Il n’y a, historiquement depuis 40 ans, aucun danger fédéraliste dans Gouin. Un député souverainiste sera élu, quoi qu’il arrive (ou presque). Alors, pourquoi ne pas se dire « que le meilleur gagne » et mesurer la force de chacun des partis dans un vrai duel politique?

Peut-être que Jean-François Lisée craint la défaite. Imaginez s’il perdait par une grande différence; l’aura de son candidat Paul St-Pierre Plamondon pâlirait.

La défaite donnerait aussi à Québec solidaire un meilleur rapport de force dans la discussion sur la convergence.

Pour éviter de se retrouver dans cette situation, le chef péquiste préfère battre en retraite après avoir lancé une petite grenade fumigène appelée « convergence ».

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine