Retour

Partir ou rester? Gilles Duceppe annoncera sa décision jeudi

Défait de nouveau dans son ancienne circonscription, le chef du Bloc québécois veut attendre de rencontrer les candidats et le Bureau national du parti, présidé par Mario Beaulieu, avant de prendre une décision sur son avenir politique.

En point de presse mardi, Gilles Duceppe a reconnu que tous les objectifs n'avaient pas été atteints. « Les résultats ne sont pas à la hauteur des espérances, bien sûr », a dit celui qui était revenu en politique pour sauver le Bloc après la cuisante défaite de 2011.

Il s'est montré « déçu » que le Bloc n'ait pas fait élire assez de députés (12) pour être reconnu en tant que parti officiel, et que lui-même ait échoué à reprendre son siège dans Laurier-Sainte-Marie, remportée une deuxième fois par la néo-démocrate Hélène Laverdière.

Il s'est tout de même dit fier de l'élection de 10 députés bloquistes, soit cinq fois plus qu'à la dissolution de la Chambre. Le nombre d'appuis populaires a toutefois diminué à 19,3 %, par rapport à 23 % en 2011, soit le pire score de l'histoire du Bloc.

En réponse au premier ministre du Québec, Philippe Couillard, qui a affirmé que les résultats électoraux étaient une autre gifle pour le Bloc québécois, en constante diminution, Gilles Duceppe a reconnu qu'il y avait « un défi ». « Mais je ferais attention au triomphalisme de M. Couillard », a-t-il ajouté.

Selon lui, c'est le désir de changement des Québécois qui les a poussés à préférer le Parti libéral au Bloc, et non un nouvel engouement pour le fédéralisme. « C'est la question du vote stratégique qui était là dès le départ et qui est restée tout au long. On a juste changé de porteur de ballon. Et le défi est là », a expliqué M. Duceppe.

Interpellé à savoir si la relève serait suffisante pour la suite des choses au Bloc, Gilles Duceppe a défendu ses candidats élus. « Il y a des gens qui ont de grandes capacités, de grandes compétences, et on verra qui fera quoi lorsqu'on aura tenu cette discussion jeudi. »

Mario Beaulieu, qui avait été élu chef au terme d'un long processus, avait finalement laissé sa place à Gilles Duceppe, estimant qu'il avait plus de chance de ramener le Bloc sur la voie de la victoire. Finalement, M. Beaulieu a été élu, mais pas M. Duceppe.

Plus d'articles

Commentaires