Québec confirme la tenue d'élections municipales à Percé l'automne prochain. La décision a été prise mardi matin à l'issue d'une rencontre téléphonique entre les représentants du gouvernement et des élus de la Gaspésie.

Un texte de Joane BérubéLes neuf sièges de conseillers en plus de celui du maire de Percé seront soumis au scrutin général le 5 novembre prochain, comme dans l’ensemble des villes du Québec.

Le 21 novembre dernier, le maire André Boudreau et cinq conseillers ont remis leur démission en réaction au résultat du référendum sur un projet d’aménagement de rue commerciale à Percé. La Ville est actuellement sous la responsabilité de la Commission municipale du Québec.

En décembre dernier, des élus de la Gaspésie avaient demandé au ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire de devancer les élections de Percé au printemps en raison de certains dossiers importants comme l’érosion des berges, la reconstruction de la promenade et le transfert de propriété du quai.

Lors de la rencontre de mardi qui réunissait le ministre responsable de la région Sébastien Proulx, la préfète de Rocher-Percé Nadia Minassian, les conseillers municipaux encore en poste, plusieurs fonctionnaires locaux et régionaux ainsi que le député de Gaspé, les élus consultés ont convenu de ne pas demander des élections anticipées.

Selon la préfète de la MRC du Rocher-Percé, Nadia Minassian, les élus ont écouté les citoyens de Percé qui sont davantage préoccupés par l'avancement de certains projets économiques. Elle assure que la MRC sera en mesure d'amener à terme les projets en cours pour la municipalité, même si cette décision signifie qu’il n’y aura pas de nouveaux projets à Percé avant l'automne.

La saison touristique est en préparation et se déroulera comme prévu, poursuit Mme Minassian.

Revitalisation et construction

Le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, se montre lui aussi satisfait de la décision du gouvernement de tenir les élections à Percé en automne.

Pour le député provincial, cette décision traduit le consensus qui règne parmi les élus et la population.

Il ajoute que de nombreux citoyens de Percé lui ont fait part de leur désir de ne pas précipiter les élections et de plutôt se concentrer sur la revitalisation rapide du village.

Le député rappelle qu’au cours des dernières années, des divisions extrêmement importantes au sein du conseil municipal de Percé ont créé un climat de travail difficile. « Les gens ne veulent pas revivre ça à court terme. Il y a trop d'enjeux économiques présentement sur la table à Percé », fait valoir le député.

Gaétan Lelièvre a toutefois fait savoir au gouvernement qu'il s'attendait à ce qu'il assume la direction des dossiers de la reconstruction de la promenade et de la rétrocession du quai.

Selon le député Lelièvre, si les habitants de Percé renoncent à un conseil municipal à court terme, c’est qu’ils croient que Québec sera en mesure de procéder à la réalisation de ces deux dossiers extrêmement importants non seulement pour Percé et la MRC du Rocher-Percé, mais également pour l’économie de la Gaspésie.

Plus d'articles