Retour

Pas de référendum sur l’entente de gestion de la rivière Moisie

Le vice-chef de Uashat-Maliotenam, Antoine Grégoire, écarte l'idée de tenir un référendum dans la communauté avant de signer l'entente conclut avec le gouvernement du Québec encadrant la gestion de la rivière Moisie.

Un texte de François RobertLundi, le conseil de bande a voté, lors d’une séance extraordinaire, une résolution pour autoriser le chef à signer l'entente.

Le vice-chef estime qu'il n'est pas nécessaire de tenir un référendum.

« C'est exclu, c'est une entente administrative, tranche Antoine Grégoire. Je vois mal pourquoi on ferait un référendum là-dessus. Moi j'ai vu une couple de personnes manifester oui, mais la majorité est silencieuse dans la communauté. Depuis un mois, j'ai une personne qui m'a appelé pour me demander de ne pas signer l'entente. »

L'un des trois conseillers qui a voté contre la résolution autorisation le chef à signer l'entente, Jonathan St-Onge, est l'un de ceux qui continuent de réclamer un référendum sur la question.

Droits ancestraux intacts

Antoine Grégoire affirme qu'il est faux de dire que cette entente porte atteinte aux droits ancestraux des Innus.

« On ne touchera pas les droits ancestraux sans vraiment s'asseoir avec la communauté, assure Antoine Grégoire. On n'embarquera pas là-dedans, il n'y a aucune inquiétude à avoir. »

Protection de la rivière et de sa faune

La mise en place d’une équipe de conservation incluant des biologistes et des assistants à la protection de la faune devrait avoir lieu très bientôt.

Le vice-chef croit qu’il est important d’encadrer la pêche pour préserver la ressource.

« Je crois bien au droit individuel, on l’a tous dans la communauté. Mais on est rendus 4500 dans la communauté. Le matin que l’on va descendre ensemble pour pratiquer notre droit individuel à 4500 on va vider la rivière. C’est de là l’importance de prendre soin de la rivière, et de monter un comité et d’aller voir notre monde de la communauté et d’instaurer des règlements. »

Acquisitions à venir par la communauté

Les démarches pour acheter une ou deux pourvoiries sur la Moisie débuteront très bientôt, indique Antoine Grégoire.

À moyen terme, le vice-chef espère que sa communauté pourra aussi se porter acquéreur du Club Adams.

Plus d'articles