Retour

Pas de répit pour les affaires municipales en 2018 

Transport, gestion de la légalisation du cannabis, grands chantiers, procès des quotes-parts : l'année municipale 2018 s'annonce chargée à la Ville de Québec.

Une analyse de Louise Boisvert

Les activités municipales recommencent lundi avec la première séance du conseil de l'année.

Transport

Les discussions devraient reprendre là où elles ont été laissées, en décembre, autour du dossier du transport.

L'opposition exigera des précisions sur le projet structurant du maire Labeaume alors que celui-ci tentera d'obtenir des garanties auprès du gouvernement libéral qu'il y aura des sommes réservées pour aller de l'avant.

Le ministre responsable de la Capitale-Nationale, Sébastien Proulx, souhaite connaître le projet avant les élections provinciales en octobre. Régis Labeaume répète qu'il se donne deux ans pour le présenter aux citoyens de Québec.

Il serait peu probable que le maire ne profite pas de ce rendez-vous électoral automnal pour mesurer ses appuis.

Reprise des grands chantiers

Grand Marché, usine de biométhanisation et anneau de glace couvert, la Ville lance plusieurs chantiers qui vont s'échelonner sur quelques années.

Dans le cas du Grand Marché, un deuxième appel d'offres a été publié cette semaine. La fin de la construction est prévue au printemps 2019.

Pour les autres projets, les phases de construction, qui entraînent des investissements plus importants, sont prévues l'an prochain. Cette année, on termine les études.

Procès des quotes-parts

C'est un procès attendu. Le dossier des quotes-parts divise les villes de l'agglomération depuis la défusion en 2006.

L'Ancienne-Lorette conteste le montant réclamé par la Ville de Québec pour financer les services partagés, comme le service de police, d'incendie ou encore le réseau de transport en commun.

Le maire de L'Ancienne-Lorette, Émile Loranger, remet également en cause le partage de certains revenus.

C'est un débat d'experts qui s'annonce. Le procès est prévu en février.

Renouvellement des conventions collectives

L'automne ne sera pas seulement marqué par l'élection provinciale. Ce sera aussi la saison du renouvellement des conventions collectives à Québec.

Les contrats de travail des employés se terminent le 31 décembre, mais les négociations devraient reprendre en octobre.

Il est difficile, à ce moment-ci, de qualifier cette prochaine étape. Les chefs syndicaux n'ont reçu aucun signal de l'administration Labeaume.

Ils estiment avoir fait d'énormes concessions la dernière fois avec l'adoption de la loi 15 sur le partage des déficits des régimes de retraite.

Ils ont bon espoir que tout se déroulera dans le respect, mais restent prudents.

Consommation du cannabis dans les lieux publics

Le maire Labeaume est déjà en croisade pour obtenir une partie des revenus liés à la vente de cannabis.

À l'instar de l'Union des municipalités du Québec (UMQ), il exige sa part du gâteau du gouvernement de Philippe Couillard sans devoir fournir de factures.

Là-dessus, il a été clair.

La Ville a préparé un rapport interne sur la question du cannabis. À ce jour, on ne sait toujours pas si l'administration Labeaume voudra interdire, comme la Ville de Saint-Jérôme le souhaite, la consommation de cannabis dans les lieux publics ou lors de festivals.

L'attaché du maire, Paul-Christian Nolin, promet une position claire et étoffée le moment venu.

Recrutement de la main-d'oeuvre

Le maire a promis d'aller lui-même faire la promotion de la Ville de Québec à l'étranger pour recruter de la main-d'oeuvre en 2018.

Aucun voyage n'a encore été confirmé, mais Québec international, l'organisme qui chapeaute les missions de recrutement, prévoit se rendre en Europe au mois de mai.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards