Retour

Pas de tour de vis pour les appels automatisés en Saskatchewan

Élections Canada évalue comment resserrer ses mesures de sécurité contre les logiciels malveillants en vue des prochaines élections. Une initiative qui n'est pas suivie par la Saskatchewan.

Un document de travail rédigé pour le compte d'Élections Canada et obtenu par la Presse canadienne propose d’établir un registre pour réglementer et surveiller les robots utilisés dans les appels automatisés. Au cours des dernières années, certains de ces robots ont déjà été utilisés de façon malveillante, pour propager de fausses nouvelles ou induire les électeurs en erreur.

Cependant, les problèmes de sécurité posés par des logiciels malveillants lors des élections « ne sont pas un problème dans la province », selon le porte-parole d’Élections Saskatchewan, Tim Kydd. Les tierces parties et les compagnies de systèmes téléphoniques automatisés ne sont pas tenues de s'inscrire auprès de l'agence, ajoute-t-il.

Tim Kydd ajoute toutefois que, si des plaintes sont déposées, des mesures seront prises pour rectifier la situation.

Fausses nouvelles

Ce type de robots a notamment été utilisé sur les médias sociaux pour répandre de fausses nouvelles lors de la dernière élection américaine.

Ces fausses nouvelles auraient aussi visé des entreprises canadiennes et le premier ministre, Justin Trudeau, selon des informations provenant d’enquêtes américaines et divulguées cette semaine.

En 2011, plus de 31 000 électeurs ontariens de Guelph s'étaient plaints d’avoir reçu des appels cherchant à les induire en erreur en leur indiquant un changement de bureau de vote qui n’existait pas.

Ces appels trompeurs avaient aussi été signalés dans près de 50 autres circonscriptions fédérales, dont la circonscription de Regina-Wascana, en Saskatchewan.

Des robots pourraient de nouveau être utilisés pour perturber les élections au Canada, craint le Centre de la sécurité des télécommunications Canada, l’agence de renseignement du gouvernement canadien.

Plus d'articles