Retour

Patrick Brown affirme pouvoir prouver que les allégations contre lui sont fausses

Dans un message publié dimanche sur sa page Facebook, l'ex-chef du Parti progressiste-conservateur explique pourquoi selon lui, les allégations d'inconduite sexuelle qui le visent « sont fausses ».

Patrick Brown a dû démissionner de son poste après la diffusion fin janvier d’un reportage de CTV News dans lequel deux femmes l’accusaient d’inconduite sexuelle, sous couvert de l'anonymat.

Sur Facebook, il dit que l’une des femmes a rapporté un incident qui se serait produit dans une chambre du 2e étage de son logement avec la porte fermée. Or, affirme-t-il « au moment de l’incident allégué, je vivais dans un appartement à aire ouverte au rez-de-chaussée et il n’y avait pas de chambre au 2e étage ni de chambre avec une porte ».

« Cette histoire est fausse », écrit-il en lettres majuscules.

Patrick Brown note ensuite que d’après la page Facebook de la femme et des connaissances en commun, elle a habité avec un ou une journaliste de CTV.

Quant à la seconde accusatrice, il affirme que c’est elle qui a tenté de l’embrasser. « Je l’ai arrêtée et j'ai offert de la reconduire chez elle, ce que j’ai fait », précise-t-il. « Il y a au moins trois témoins, dont un qui a parlé à CTV, qui réfutent les détails de ses allégations. CTV n’a pas inclus ça dans le reportage. »

Patrick Brown ajoute que « l’on sait maintenant que cette accusatrice et l’un ou l'une des journalistes ont eu une relation. Ils ont tous les deux travaillé et "socialisé" ensemble ».

Selon lui, après l'incident allégué, la seconde accusatrice se serait présentée comme une amie et partisane en assistant à ses événements et en l'aidant dans sa campagne pour devenir chef du Parti progressiste-conservateur.

Il écrit encore une fois en majuscules : « Cette histoire est fausse ».

Patrick Brown conclut son message en affirmant être un partisan du mouvement de dénonciation #metoo (#MoiAussi) et que les dernières semaines ont été les plus difficiles de sa vie.

« Je vais maintenant me battre pour mon nom et ma réputation », ajoute-t-il.

Un porte-parole de Bell Media, Matthew Garrow, affirme que CTV est au courant des allégations de Patrick Brown, mais que la chaîne de télévision maintient la validité de son reportage.

Radio-Canada n'a pas pu vérifier les allégations formulées contre Patrick Brown et a recueilli le témoignage de l'une des deux femmes, également sous couvert de l'anonymat.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine