Retour

Paul Martin contre Jean Chrétien : quand la rivalité éclate

Il y a 15 ans, Ottawa vivait une crise politique. En plein dimanche après-midi, le premier ministre du Canada Jean Chrétien décide de congédier son ministre des finances, Paul Martin. C'est la Une du Téléjournal ce soir-là, qui se transforme en émission spéciale dans les jours suivants.

Il faut dire que malgré une bonne relation de travail, Chrétien et Martin n’ont jamais été des amis. Or, la rivalité grandit entre les deux hommes alors que Martin mène une course non officielle pour remplacer son chef à la tête du Parti libéral du Canada.

À la fin de mai 2002, Paul Martin évoque publiquement la possibilité de quitter sa fonction de ministre des Finances. Puis, coup de théâtre, le 2 juin 2002, Jean Chrétien met fin à cette période de réflexion. Il chasse Paul Martin du Conseil des ministres et le remplace par son vice-premier ministre, John Manley. Le motif de ce renvoi ne fait aucun doute : « J’ai décidé que la course à la chefferie était terminée », déclare le premier ministre du Canada.

Au Téléjournal/Le Point, la présentatrice Michaëlle Jean annonce que le bulletin de nouvelles sera prolongé en raison « de cette crise sans précédent ». Patrice Roy, journaliste à la colline du Parlement, raconte la fin de ce mariage de raison entre Jean Chrétien et son ministre des Finances.

Cette guerre pourrait se poursuivre pendant 8 mois, soit jusqu’au prochain congrès libéral au cours duquel les militants doivent se prononcer sur le leadership de Jean Chrétien. Le premier ministre choisit plutôt d’y mettre fin le 21 août 2002. Il prend tout le monde par surprise en annonçant qu’il quittera la politique en février 2004.

Suivez-nous sur la page Facebook Les Archives de Radio-Canada

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine