Retour

Petites maisons : les élus de Val-d'Or refusent d'enclencher un référendum

Le conseil municipal de Val-d'Or refuse de se soumettre à un processus référendaire sur le projet de petites maisons de la rue Sévigny.

Avec les informations de Thomas Deshaies

Pour y parvenir, les élus ont décidé de modifier leur projet immobilier, qui ne comptera maintenant que 11 maisons, plutôt que 13.

La modification des règles de lotissement, qui faisait l'objet du référendum, n'est donc plus nécessaire pour concrétiser le projet.

« Ça ne donne rien de dépenser des énergies, des argents et d'avoir des délais. On a besoin de portes, donc en avoir 11 est encore mieux qu'aucune », a expliqué le maire, Pierre Corbeil, à sa sortie de la séance du conseil municipal, lundi.

Quelque 48 citoyens avaient signé le registre pour la tenue d'un référendum, soit 20 personnes de plus que le minimum requis.

Le scrutin référendaire aurait porté sur la modification de certaines règles de lotissements, soit les marges séparatrices et la distance entre chaque bâtiment.

Une incompréhension de la portée du référendum chez les citoyens?

Pierre Corbeil croit qu'il y a eu une certaine incompréhension des limites du processus référendaire chez les citoyens derrière la démarche.

« Peut-être qu'il y a eu un retour dans le passé, on s'est dit que si on faisait un référendum, on ne ferait pas construction », a-t-il émis comme hypothèse. Le maire faisait référence à une précédente démarche référendaire, qui elle, aurait empêché un projet.

La Ville a prévu dans son budget 2018 de financer la construction de plusieurs nouvelles habitations à Val-d'Or, notamment pour faire face à la rareté de la main-d'œuvre.

En plus des 11 maisons sur la rue Sévigny, 29 résidences unifamiliales et 4 immeubles à logements seront construits.

Il n'a toujours pas été possible d'obtenir les explications des citoyens derrière la demande de référendum.

Plus d'articles