Retour

Phénix : encore 265 000 dossiers à traiter avant d’espérer un retour à la normale

Le gouvernement fédéral a annoncé vendredi matin que 265 000 dossiers restaient à être traités avant d'espérer un retour à la normale, suite aux ratés du système de paye Phénix. En avril, ce chiffre s'élevait à 268 000.

La situation semble être restée au point mort depuis la dernière mise à jour du gouvernement, en avril dernier.

Cette stagnation serait attribuable à une augmentation des cas à traiter. En effet, ceux-ci auraient augmenté d’un peu plus de 10 % lors du mois de mai.

« Cette augmentation, qui est normale, est attribuable à l’embauche des étudiants pour la période estivale et à d’autres tendances saisonnières », a expliqué la sous-ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, Marie Lemay.

Impossible toutefois de déterminer s’il y a eu du progrès depuis le mois d’avril ou si la situation s'est plutôt détériorée.

Le ministère a en effet modifié sa façon de comptabiliser les cas en attente et de traiter les dossiers, rendant impossible une comparaison entre les chiffres divulgués vendredi matin et ceux du mois dernier.

Une manifestation spontanée sur la colline

Exaspérés par la saga Phénix, une poignée de fonctionnaires se sont rassemblés devant le Parlement, vendredi après-midi.

Parmi ceux-ci, une représentante de l'Alliance de la Fonction publique du Canada, Sylvie Liard.

« Il n'y aucune satisfaction possible à ce moment-ci, les troubles de paye continuent, ils s'accumulent et il n'y a pas de résolution en vue », a-t-elle soupiré.

Le vice-président de l'Institut professionnel de la Fonction publique du Canada, Stéphane Aubry, a pour sa part déclaré que les derniers chiffres divulgués par le gouvernement étaient « déprimants ».

Réactions politiques

Si les syndicats ont exprimé leur insatisfaction suite à la mise à jour de vendredi matin, le gouvernement a rappelé les mesures qu'il avait dernièrement mises de l'avant afin de venir à bout des problèmes liés au système de paye Phénix.

Le gouvernement de Justin Trudeau a en effet annoncé en mai un nouvel investissement de 142 millions de dollars sur deux ans en plus d'annoncer l'embauche de 200 nouveaux conseillers en rémunération.

Le secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Steven MacKinnon, a soutenu que les effectifs ajoutés devraient « pallier sensiblement à la situation ».

Le ministre des Pêches et des Océans, Dominic LeBlanc, a abondé dans le même sens en déclarant : « Nous allons continuer d'investir jusqu'à ce que nous ayons une solution acceptable. »

Ce message ne semble toutefois pas convaincre l'opposition. La députée du Nouveau Parti démocratique Karine Trudel a accusé le gouvernement de ne pas « prendre la balle au bond » et de manquer de leadership dans sa gestion du dossier.

Avec les informations de la journaliste Catherine Lanthier

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine