Rassurez-vous, il est en forme. L’esprit est vif, les idées sont claires, la réflexion sur les derniers mois est profonde.

En même temps, ses yeux parlent. Ils disent que la maladie a fait mal. Ils disent que l’homme a vraiment vécu une descente aux enfers. « L’impression de descendre au fond d’un puits dont on ne connaît pas la profondeur » comme il le dit si bien.

La politique passionne Pierre Moreau. Après cette épreuve, il veut faire des choses qui le passionnent. Et c’est pour ça qu’en janvier il reviendra au travail. Toute la classe politique applaudit. Exit la partisanerie. Après tout, même si on l’oublie parfois, nos politiciens sont d’abord et avant tout des humains.

Longue vie M. Moreau!

Le conseil des ministres

Puisque la vie reprend ses droits et que Pierre Moreau reprendra sous peu sa place, on peut se demander quelle sera sa place.

Premièrement, vous pouvez parier votre dernière chemise qu’il ne restera pas ministre délégué aux Finances. C’est un poste symbolique que le premier ministre lui a dignement accordé pour le maintenir au conseil des ministres pendant sa maladie.

À partir du moment où vous ne perdez pas votre dernière chemise à cause d’un pari stupide proposé par un analyste politique, que fera Philippe Couillard avec son cabinet?

Deux hypothèses s’affrontent : un ajustement ou un vrai brassage de cartes.

Ajustement ministériel ----------------------------

Avantages :

- maintient la stabilité au conseil des ministres- s'explique facilement par l'unique retour de M. Moreau- se règle facilement en délestant, par exemple, le ministre des Finances Carlos Leitao de sa responsabilité de Président du Conseil du Trésor- permet à Pierre Moreau de diriger le Trésor et d’accrocher une corde économique à son arc- ne donne pas l’impression que « ça va mal » et qu’il faut nettoyer (à nouveau) l’ardoise

Inconvénients :

- fait des déçus parmi ceux qui pensaient accéder au cabinet- maintient en poste des ministres « moins performants »

Vrai brassage ------------------

Avantages :

- permet de repartir sur de nouvelles bases et de tourner définitivement la page sur l’austérité/rigueur budgétaire- permet d’écarter ou de déplacer des ministres « moins performants »- permet de placer Pierre Moreau dans le poste où on le voit vraiment plutôt que de simplement profiter de la double fonction de Carlos Leitao- permet de récompenser des députés compétents et « méritants »

Inconvénients :

- fait des déçus parmi ceux qui pensaient accéder au cabinet- donne l’impression que le gouvernement va mal- crée de l’instabilité- annonce un autre remaniement début 2017 quand le premier ministre saura qui, dans son cabinet, se présentera ou non aux élections d’octobre 2017

Le « Carey Price du gouvernement »

Dans tous les cas de figure, le retour de Pierre Moreau renforcera le gouvernement. Il est un communicateur hors pair, mais il est surtout un bon ministre qui ne met jamais le gouvernement ou le premier ministre dans l’embarras. C’est précieux en politique. D’où la comparaison la plus flatteuse possible au Québec: « Pierre Moreau est le Carey Price du gouvernement ».

De là à dire qu’il est un sauveur, il n’y a qu’un tout petit pas. Un pas que le principal intéressé refuse évidemment de franchir.

« Ça n’existe pas les sauveurs en politique », dit fermement Pierre Moreau. Il sait surtout que les attentes à l’endroit des sauveurs sont immenses et qu’elles sont souvent déçues. Il sait aussi que l’aura de sauveur peut faire des jaloux. Et la jalousie en politique peut faire naître des rivalités malsaines.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards