L'heure de tombée pour les mises en candidatures en vue des prochaines élections municipales est maintenant chose du passé. Des dizaines de maires des régions de Québec et Chaudière-Appalaches sont officiellement élus sans opposition.

Un texte d’Alain Rochefort

De Saint-Georges à Baie-Saint-Paul, en passant par Sainte-Sabine, plusieurs maires sortants sont reconduits dans leurs fonctions.

Aucun adversaire ne s’est en effet manifesté avant la fin des mises en candidature prévue vendredi à 16 h 30.

Le maire de Saint-Georges, Claude Morin, apprécie la marque de confiance de la part de ses concitoyens. Cinq membres de son équipe sont également élus sans opposition aux postes de conseillers.

« C’est toujours une surprise. On s’attend toujours à ce qu’il y ait de l’opposition. Avec mon équipe, nous avons travaillé très fort au cours des quatre dernières années. Mais je pense que les gens sont très satisfaits du rendement que l’on a fourni », commente-t-il.

M. Morin souhaite désormais consacrer toutes ses énergies à la bonne réalisation des projets en cours comme la construction d’un nouveau poste de police.

Un peu plus au nord de la rivière Chaudière, Luc Provençal obtient le même vote de confiance de la part des citoyens de Beauceville.

« Pour moi, c’est un privilège d’être élu par acclamation pour une deuxième fois. Je considère que la population est prête à me faire confiance pour un troisième mandat. Mais je considère que le défi est grand, car être élu par acclamation, ça veut aussi dire que j’ai une obligation de résultat face à mes concitoyens ».

À Lévis, le maire sortant Gilles Lehouillier affrontera André Voyer, mais son équipe, Lévis Force 10, est déjà assurée d’obtenir la majorité des sièges. Dix conseillers sur quinze sont élus sans opposition.

Six candidats au poste de maire à Québec

Sur l'autre rive du fleuve, six rivaux, dont le maire sortant, Régis Labeaume, convoitent la fonction de premier magistrat à Québec.

Au total, 103 candidatures ont été émises afin de pourvoir les postes de maire ou conseillers : 31 femmes et 72 hommes, dont 31 jeunes de moins de 35 ans.

En 2013, il y avait eu 63 candidatures, selon les chiffres de la Ville de Québec.

Maire ou mairesse recherché

Si ça se bouscule à Québec, la situation est tout autre dans bon nombre de municipalités de Québec et Chaudière-Appalaches. Vendredi à 16 h 30, 112 municipalités ou paroisses de ces régions administratives n’avaient qu’une seule candidature à la mairie, selon le site internet electionsmunicipales.quebec.

Avis aux intéressés : aucune candidature au poste de maire n’est encore enregistrée à Saint-Adrien-d’Irlande.

Ces données ne sont toutefois pas officielles puisque certaines municipalités ayant moins de ressources ne feront qu’une seule saisie sur le site web au retour du long week-end de l’Action de grâce.

Advenant l’absence de candidature, des scénarios sont établis par le ministère des Affaires municipales et Occupation du territoire, comme l’explique son relationniste, Pierre-Luc Lévesque.

« En l’absence de candidature, que ce soit pour un poste de conseiller ou un poste de maire, le président de l’élection de la municipalité doit recommencer l’élection pour son poste. Ça veut dire un nouvel avis d’élection, une nouvelle période de mise en candidature et une nouvelle campagne qui s’amorcerait. »

M. Lévesque ajoute que ce processus ne peut être recommencé qu’une seule fois. Si aucun candidat ne s’est encore manifesté, le président de l’élection se tourne alors vers le ministre des Affaires municipales, qui a le pouvoir de nommer une personne éligible au poste concerné.

« Une personne qui vient de la municipalité qui respecte tous les critères et n’a pas posé sa candidature », précise Pierre-Luc Lévesque.

Le sort des candidats qui ont postulé pour un même poste sera décidé lors des élections du 5 novembre prochain.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine