Retour

Plus de 300 000 $ pour renforcer la sécurité de l'Assemblée législative de la N.-É. 

Les contribuables de la Nouvelle-Écosse ont payé plus de 300 000 $ cette année pour augmenter la sécurité à l'Assemblée législative. Ces mesures ont été mises en place après la fusillade au Parlement du Canada, il y a un an.

Après ces évènements, le président de l'Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse, Kevin Murphy, avait demandé de renforcer la sécurité. 

La province a dépensé 196 542,80 $ pour que des policiers d'Halifax montent la garde au Province House de la Nouvelle-Écosse. Pour des raisons de sécurité, la province ne révèle pas le nombre d'agents embauchés. 

S'ajoutent à cela 105 000 $ pour l'installation de caméras de sécurité et de lumières à l'extérieur et à l'intérieur du bâtiment.

Des dépenses excessives?

Le Parti néo-démocrate croit que ces dépenses sont exagérées. « Nous avons des policiers, des portes barrées, des caméras un peu partout. Je crois que c'est excessif », lance la chef du NPD, Maureen MacDonald.

Elle croit qu'il faut prendre des précautions pour améliorer la sécurité, mais elle pense que le gouvernement de la Nouvelle-Écosse est allé trop loin. « Ce que je vois ici c'est une réaction démesurée, une réaction démesurée très coûteuse », affirme-t-elle.

Kevin Murphy assure que la sécurité des membres du gouvernement, du public et des employés est prioritaire. « Je crois qu'il y a eu assez d'incidents à d'autres assemblées du Canada et ailleurs dans le monde pour le justifier », affirme-t-il.

Kevin Murphy ajoute que toutes les assemblées législatives du pays ont renforcé leurs mesures de sécurité. Il souligne que l'embauche de policiers pour leur protection s'inscrit dans cette idée.

Plus d'articles

Commentaires