Retour

Plus que quelques pas à franchir avant que la Place des arts de Sudbury devienne réalité

Les délibérations budgétaires à la ville du Grand Sudbury seront cruciales mardi soir pour la future Place des arts. Après plus d'une année à l'étude, elle figure parmi les quatre priorités retenues par les élus municipaux dans le prochain budget 2017.

Le Comité des finances sur lequel siègent l’ensemble des 12 conseillers municipaux et le maire doit adopter les projets prioritaires.

La Place des arts qui a demandé 5 000 000 $ serait financée sur trois ans. Le coût total de la construction est estimé à 30 000 000 $. Le terrain choisi est situé à l’angle des rues Larch et Elgin, en plein centre-ville.

Lors de la rencontre de mardi soir, le Comité des finances doit déterminer s’il souhaite procéder, selon la recommandation faite par les hauts fonctionnaires de la municipalité. Puisqu’il s’agit d’un nouvel édifice, la Place des arts du Grand Sudbury figure dans la partie immobilisation du budget municipal.

« Nous attendons ces délibérations avec un peu d’impatience, je dois le dire, et l’on a beaucoup hâte de voir, ce que le Conseil va finalement décider pour la construction de la Place des arts au centre-ville », indique la directrice du développement du Regroupement des organismes culturels (ROC), Paulette Gagnon.

Emprunt extérieur

Le ROC a constaté dans la documentation du budget 2017, que les fonctionnaires recommandent au Comité des finances de procéder à certains emprunts, pour financer une partie des projets d’infrastructure qui lui sont proposés.

Selon madame Gagnon, le Grand Sudbury n’a aucune dette. Peu de villes canadiennes sont dans cette position enviable. Cette situation découle d’une décision prise il y a des décennies sous Jim Gordon, maire de Sudbury à l’époque.

Cette politique de « selon la capacité de payer » de la ville existe toujours, si bien que le Grand Sudbury n’adopte pas de règlement d’emprunt pour financer ses besoins. En raison des taux d’intérêt avantageux, les fonctionnaires recommandent d’emprunter pour financer certains projets, dont la Place des arts du Grand Sudbury.

L’effet domino

Avec la participation de la Ville du Grand Sudbury pour la construction de la future Place des arts, les demandes de financement déjà déposées auprès des gouvernements fédéral et ontarien pourront aller de l’avant.

C’est vraiment la Ville qui détient le levier financier fondamental du projet.

Paulette Gagnon, directrice du développement, ROC

Quant à la campagne de financement populaire de l’ordre de 3 250 000 $ auprès du public et du secteur privé, le ROC est fin prêt à amasser ces fonds. « Présentement, on a rien, on n’a pas de site, on n’a pas d’appui d’aucun palier de gouvernement, alors ce n’est pas très crédible », insiste madame Gagnon.

Le ROC souhaite le début de la construction à l’été 2018. En 2020, année d’ouverture envisagée, la Ville du Grand Sudbury serait par la suite invitée à verser annuellement une contribution de 200 000 $ . Cela représente 15 % du budget nécessaire pour opérer la future Place des arts qui offrira des services bilingues.

Ce sera alors au prochain conseil municipal devant être élu en 2018, de prendre cette décision.

Plan B

Les artisans de la future Place des arts préfèrent l’optimisme, mais ils sont conscients qu’un refus de financement de la part du Grand Sudbury signifierait pratiquement la mort du projet.

La décision qui scellera à jamais la construction de la Place des arts du Grand Sudbury est attendue le 13 décembre, au moment où les élus municipaux adopteront le budget final 2017.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une bulle gèle sous nos yeux





Concours!



Rabais de la semaine