Retour

Plusieurs appuis pour instaurer un service ambulancier permanent à Manawan

Les maires de Saint-Zénon et de Saint-Michel-des-Saints, Richard Rondeau et Réjean Gouin, ont appuyé mercredi la demande de la communauté atikamekw de Manawan d'obtenir un service ambulancier « complet et permanent ».

« Les Autochtones qui vivent à Manawan sont nos voisins et ils ont tout autant droit à des services d’urgence adéquats que le reste de la population », a déclaré dans un communiqué le maire Gouin.

La communauté autochtone estime que mettre en place un service ambulancier à Manawan lui permettrait de bénéficier de services préhospitaliers « adéquats et égaux à ceux offerts à la population non autochtone » dans des délais raisonnables.

« La loi est pourtant claire à ce sujet. Chaque personne est en droit de s’attendre à recevoir des services ambulanciers dans un délai de 30 minutes. Pourquoi cette règle ne s’appliquerait-elle pas de la même façon avec les Atikamekw? », a soutenu dans un communiqué le Grand Chef de la Nation Atikamekw, Constant Awashish.

Le Conseil des Atikamekw de Manawan a souligné qu'actuellement, les ambulanciers arrivent sur les lieux d'un incident en 90 minutes, au mieux. Ce long délai prive d'ailleurs les municipalités de Saint-Michel-des-Saints et de Saint-Zénon de ce service d'urgence, a ajouté le Conseil.

Autres appuis

La demande de la communauté autochtone de Manawan a également eu des échos à l'Assemblée nationale. Le député péquiste André Villeneuve y a déposé mercredi matin une pétition à ce sujet, qui a été signée par plus de 1400 résidents de Saint-Michel-des-Saints, de Saint-Zénon et de Manawan.

La porte-parole de Québec solidaire Manon Massé avait également soutenu la requête des Atikamekw la semaine dernière. « Ils ne disposent d’aucun service ambulancier, des gens en sont morts... » a-t-elle notamment déclaré sur les réseaux sociaux.

L’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL) a quant à elle demandé au ministre de la Santé Gaétan Barrette de « mettre fin à cette situation discriminatoire ».

En réflexion

Le ministre québécois de la Santé, Gaétan Barrette, a déclaré lors d'un point de presse mercredi matin que « les réflexions [étaient] en cours ».

« Ce n'est pas une question de solution, c'est une question de faisabilité et d'équité sur le territoire du Québec. Cela n'a pas de lien avec le fait que ce soit une population autochtone », a-t-il ajouté.

Selon le communiqué du Conseil des Atikamekw de Manawan, M. Barrette aurait toutefois indiqué vendredi que l'analyse de la demande n'était « pas une priorité tant que le dossier [...] avec les services ambulanciers de la province n'était pas » réglé.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine