Retour

Possible retrait de Washington de l'ALENA : le Canada est prêt, confirme Freeland

Le gouvernement canadien est prêt à la possibilité que les États-Unis se retirent de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), a confirmé jeudi la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland.

« Depuis le début des négociations, les Américains ont parlé très ouvertement du fait qu’il s’agit d’une possibilité, a-t-elle affirmé. C’est notre responsabilité d’être prêts, et nous le sommes. »

La ministre a fait cette déclaration à l'entrée de la retraite du cabinet Trudeau à London, en Ontario. L’ALENA risque de dominer les discussions de cette rencontre de deux jours qui vise à préparer la rentrée 2018. Selon ce qu’a confié une source gouvernementale à Radio-Canada, Ottawa considère qu'il est de plus en plus probable que le président Donald Trump retire les États-Unis de l’ALENA.

Le secrétaire au Trésor américain, Steve Mnuchin, a répété jeudi que les États-Unis pourraient aussi bien renégocier l'ALENA que se retirer de la table.

Deux sources ont indiqué à l’agence de presse Reuters que le chef de la Maison-Blanche pourrait annoncer le retrait des États-Unis dès la fin du mois, lors de la sixième et avant-dernière session de négociations, prévue à Montréal fin janvier. Les États-Unis devraient alors remettre un avis par écrit aux autres pays signataires de l'entente, ce qui pourrait mener à leur retrait six mois plus tard, l’été prochain.

« Notre approche depuis le début, c’est d’espérer le meilleur, mais de se préparer au pire », a indiqué la ministre.

Mme Freeland a ajouté que le Canada envisage les négociations avec beaucoup de « bonne volonté » et entend continuer à défendre les intérêts des Canadiens.

« Je crois que si toutes les parties montrent de la volonté à la table, nous pourrions arriver à un résultat positif à Montréal », a-t-elle dit.

L'ALENA n'est pas près de mourir, croit un expert

Le professeur à l'École supérieure d'affaires publiques et internationales de l'Université d'Ottawa, Patrick Leblond, estime peu probable que l'ALENA prenne fin, et ce, même si Donald Trump invoque l'article 22.05 pour en sortir.

« C’est seulement un avis, un avis de six mois », a-t-il précisé à Manon Globensky à l'émission Midi Info.

La Constitution américaine n'est pas claire quant à l'autorité du président de retirer les États-Unis de l'accord, a-t-il ajouté. Car si l'exécutif a le pouvoir de gérer les accords commerciaux, le Congrès est responsable de toutes les questions de commerce international. Selon lui, cela fait en sorte que le dossier pourrait se retrouver devant les tribunaux et être tranché par la Cour suprême des États-Unis. « Ça pourrait prendre des mois, peut-être des années », a-t-il dit.

Patrick Leblond croit toutefois que l'incertitude créée par les menaces des États-Unis est bien réelle et risque d'avoir des effets négatifs sur l'économie nord-américaine. « Les entreprises vont dire : "Au lieu d’investir des milliards de dollars aux États-Unis, au Canada ou au Mexique, peut-être qu’on va regarder ailleurs." »

Selon lui, les négociations de l'ALENA iront bien au-delà de la session prévue du 23 au 27 janvier. « On a commencé les négociations au mois d’août de l’année dernière. Six mois plus tard, on ne peut pas s’attendre à ce que ce soit terminé. »

Plus d'articles