Retour

Pratiques « barbares » : la GRC ne savait pas qu’elle s'occuperait de la ligne de dénonciation

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) n'avait aucune idée que le gouvernement conservateur avait l'intention de la charger de mettre sur pied une ligne de dénonciations des « pratiques culturelles barbares ».

Lors de la campagne électorale, les ex-ministres conservateurs Chris Alexander et Kellie Leitch avaient annoncé que la GRC mettrait en place cette ligne pour « permettre aux citoyens de signaler des incidents ou des pratiques culturelles barbares au Canada ou pour aviser qu'une femme ou un enfant est à risque ».

L'idée avait suscité de nombreuses critiques des partis adverses et des communautés culturelles.

Plusieurs affirmaient notamment qu'une telle ligne existait déjà : le 911.D'autres prédisaient que la Gendarmerie royale du Canada devrait enquêter sur des renseignements du public signalant que des bébés garçons étaient victimes de circoncisions ou que des parents perçaient les oreilles de leurs enfants.

Cette promesse avait été formulée peu après que les conservateurs eurent décidé d'interjeter appel devant la Cour suprême du Canada d'un jugement sur le port du niqab aux cérémonies de citoyenneté, ce qui leur a valu d'être accusés de semer la division pour faire des gains politiques.

L'idée d'un tout petit cercle?

Questionnée par CBC/Radio-Canada, la GRC expose aujourd'hui qu'elle n'a aucune trace dans ses documents d'une quelconque demande de l'ancien gouvernement conservateur à propos d'une telle ligne téléphonique.

Ceci vient appuyer ce que des sources ont dit à CBC/Radio-Canada : cette idée de ligne de dénonciation avait été concoctée à la dernière minute par un petit cercle de personnes proches de l'ex-premier ministre Stephen Harper, sans consultation réelle au sein du Parti conservateur.

Aujourd'hui, la chef par intérim du Parti, Rona Ambrose, a d'ailleurs déclaré aux journalistes qu'elle n'avait pas pris part à l'adoption de cette idée et qu'elle n'en voulait pas.

Mme Ambrose n'est cependant pas allée jusqu'à dire qu'elle se dissociait de l'ensemble du pan identitaire de la campagne électorale, se contentant de faire valoir que ces questions soulevaient naturellement les passions et alimentaient forcément les débats.

Elle a par ailleurs répété que les conservateurs avaient l'intention d'adopter un nouveau ton, moins acrimonieux, après avoir constaté que cela avait pu leur nuire pendant la campagne électorale.

Nouvelles nominations au Parti conservateur

Rona Ambrose a dévoilé aujourd'hui l'identité de son chef adjoint et celle du leader de l'opposition en Chambre.

Le poste de chef adjoint a été confié à Denis Lebel. La chef intérimaire a salué les faits d'armes du lieutenant québécois. Sous sa houlette, les conservateurs sont passés de 5 à 12 sièges au Québec. Denis Lebel avait brigué la direction intérimaire en duo avec Michelle Rempel.

L'ancien président de la Chambre des communes Andrew Scheer a pour sa part hérité du titre de leader de l'opposition. Il ne sera donc pas de la course à sa succession.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine