Retour

Président de la campagne libérale au Québec, Alexandre Taillefer est aussi membre du PQ

L'homme d'affaires Alexandre Taillefer, qui n'avait jamais fait mystère de son intention de s'impliquer en politique, a dévoilé jeudi matin qu'il présiderait la campagne électorale du Parti libéral du Québec (PLQ). Toutefois, des sources confirment à Radio-Canada qu'il est aussi membre du Parti québécois (PQ), et que sa carte est valide jusqu'en 2020.

Selon ces mêmes sources, M. Taillefer a adhéré une première fois au PQ en 2005.

Alexandre Taillefer affirme cependant qu'à l'heure actuelle, il est membre du PQ « malgré lui ». Il soutient qu'il a fait un don à Jean-François Lisée au moment où celui-ci était candidat à la direction du PQ, mais qu'il n'aurait pas acheté de carte de membre. M. Taillefer maintient qu'il n'a pas une telle carte en sa possession et qu'il ne comprend pas comment sa contribution aurait pu devenir une adhésion au parti.

Des sources ont aussi indiqué à Radio-Canada qu'Alexandre Taillefer avait été membre de la Coalition avenir Québec en 2014 et 2015, ce que nie le principal intéressé. Là encore, M. Taillefer dit ne pas comprendre comment un don a pu résulter en l'achat d'une carte de membre.

Des vérifications nous ont aussi permis de constater que l'homme d'affaires avait fait des dons politiques au PLQ, au PQ et à la CAQ depuis 2012, en plus d'avoir contribué, au fédéral, à la campagne du conservateur Maxime Bernier en 2008, à celle d'un autre conservateur, Chris Alexander, ainsi qu'au Parti libéral du Canada.

Influencer le Parti libéral

En point de presse, Alexandre Taillefer a affirmé que son implication chez les libéraux sera l'occasion « d'influencer » le parti et de le « ramener plus proche des grandes valeurs qui l'ont motivé dans les années 60 et 70 ».

L’homme d’affaires affirme qu’il a décidé de s’impliquer en politique pour faire « avancer » ses idées. Selon lui, il n’est pas nécessaire de se faire élire pour cela.

« Comme vous savez, je suis impliqué dans plusieurs entreprises et il serait impossible pour moi de tout laisser pour me présenter en tant qu’élu. Pour moi [être président de campagne] c’est une bonne façon de parler du futur du Québec, de parler des sujets qui sont importants pour moi », explique-t-il.

M. Taillefer insiste sur l’importance qu’ont pour lui les idées progressistes, et pense que le Parti libéral est le véhicule idéal pour celles-ci. Sur Twitter, jeudi matin, il a d'ailleurs salué « les positions progressistes de Monsieur Couillard ».

« Je fais partie d’un parti qui existe depuis 151 ans, qui a été capable de se réinventer et c’est ce que je veux faire. Réinventer le Parti libéral », lance-t-il.

« Je ne suis pas en conflit d'intérêts »

Par ailleurs, Alexandre Taillefer ne croit pas que son nouveau rôle le place en situation de conflit d’intérêts, bien qu’il soit inscrit au registre des lobbyistes du Québec et qu’il possède notamment la revue L'actualité ainsi que le magazine Voir, deux mensuels.

« Jamais je n’interviens au niveau des salles de presse. Et je ne pense pas qu’un mensuel soit en mesure d’avoir une influence sur une campagne qui se déroule sur une base quotidienne. [...] Je n’ai pas un rôle d’élu, et les programmes auxquels on [Téo Taxi] a eu droit sont les programmes auxquels toute l’industrie a droit », poursuit-il.

L’homme d’affaires souligne être conscient qu’il sera « scruté à la loupe ». « Naturellement, il va falloir que je démontre une patte blanche absolue », admet-il.

Visiblement très heureux du « renouveau » apporté par Alexandre Taillefer dans les rangs libéraux, le premier ministre Philippe Couillard a indiqué qu'il ne voyait pas de problème à ce que M. Taillefer conserve ses responsabilités en affaires.

« C’est un président de campagne, ce n’est pas un candidat à un poste électif. Dans le passé, les présidents de campagne ne se sont pas départis de leurs intérêts. C’est pour le temps de la campagne », a justifié M. Couillard.

Cela était cependant loin de convaincre la députée péquiste de Taschereau, Agnès Maltais. Premièrement, pourquoi il n’ose pas mettre sa face sur un poteau? C’est ce qu’il devrait faire s’il croit vraiment aux valeurs du Parti libéral, a-t-elle fait valoir. Deuxièmement, a-t-elle poursuivi, comment le gouvernement réagit-il aux demandes actuelles de M. Taillefer qui est lobbyiste pour ses deux compagnies, Taxelco et XPND?

« Queer politique »

L'arrivée d'Alexandre Taillefer dans les rangs libéraux crée une certaine surprise dans la mesure où l'homme d'affaires, sans cacher son intérêt pour la politique, gardait jusqu'ici ses distances des grands partis.

En novembre 2016, dans sa chronique De la main gauche qu'il tient dans le magazine Voir, dont il est propriétaire, il avait notamment déclaré : « Il me semble terminé, le temps des dogmes politiques. Je ne suis pas libéral, péquiste, caquiste ou Québec solidaire. Dites-moi, poursuivait-il, suis-je vraiment le seul queer politique en ville? »

Citant le président colombien et Prix Nobel de la paix Juan Manuel Santos, Alexandre Taillefer se décrivait en outre comme « quelqu'un de l'extrême centre ».

« Difficile de mieux décrire ma position, soutenait-il alors. Parce qu’il y a du bon dans chacun des partis et que la vérité est rarement noire ou blanche ».

La CAQ et Québec solidaire n'ont pas manqué de souligner l'ambivalence politique d'Alexandre Taillefer, jeudi.

La présidente du caucus de la CAQ, Nathalie Roy, a rappelé que le 7 février dernier, Alexandre Taillefer avait signé une lettre en compagnie de personnalités de toutes tendances réclamant une réforme du scrutin, notamment un mode de scrutin proportionnel, ce à quoi s'oppose le PLQ

« Toutes ces personnalités et plusieurs autres qui se feront connaître dans les jours, les semaines et les mois qui viennent, ont choisi de faire cause commune en faveur d’un changement qui avait été promis par tous les partis lors de l’élection générale de mai 2003 », peut-on lire dans la lettre du Mouvement démocratie nouvelle cosignée, entre autres, par Alexandre Taillefer.

Pour le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, en se joignant au PLQ, Alexandre Taillefer a « de toute évidence abandonné ses principes ».

« On ne peut pas être progressiste et faire campagne pour l’un des partis qui ont le plus défait le filet social au cours des dernières années. Ce n’est pas possible, a soutenu Gabriel Nadeau-Dubois. Les gens qui ont essayé de le faire se sont fait marcher dessus, et c’est exactement ce qui va arriver à M. Taillefer. »

Un entrepreneur avant tout

À la tête du Fonds d’investissement XPND, fondateur du service de transport Téo Taxi et figure bien connue de l’émission Les Dragons sur les ondes de Radio-Canada, Alexandre Taillefer a construit sa fortune au début des années 2000 dans les technologies de l’information. Mishmash Média, dont il est propriétaire, possède notamment la revue L'actualité ainsi que le magazine Voir.

Aussi présent dans le milieu des arts, Alexandre Taillefer occupe les fonctions de président du conseil d'administration du Musée d'art contemporain de Montréal.

L'entrepreneur est également connu pour son implication sociale, notamment par la réalisation d'un documentaire sur la cyberdépendance intitulé Bye qui relate le suicide de son fils Thomas, à l'âge de 14 ans.

L'arrivée au PLQ d'Alexandre Taillefer est vue comme un baume pour le Parti libéral, dont 14 députés, parmi eux 5 ministres, ont annoncé ces dernières semaines qu'ils ne brigueraient pas de nouveau mandat aux prochaines élections.

Plus d'articles