La Ville de Montréal profitera de travaux d'égout et d'aqueduc sur la rue Saint-André, dans l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal, pour la réaménager de manière à donner la priorité aux cyclistes.

L’administration Plante confirme ainsi son statut de « vélorue », déjà testé depuis deux étés dans le cadre d’un projet pilote.

« Ça ne veut pas dire que la voiture n’y a pas accès – la voiture peut circuler –, mais on s’assure qu’il n’y a pas un grand nombre de voitures. Et aussi, on s’assure que le vélo peut circuler au milieu de la rue, et non pas en bordure », a expliqué jeudi le maire de l'arrondissement, Luc Ferrandez, lors d'une entrevue à Gravel le matin, sur les ondes d'ICI Première.

Reste que pour les automobilistes, seule la circulation locale sera donc autorisée. « On s’attend à ce qu’il y ait un grand volume de vélos, et [les voitures] devront circuler au rythme des vélos », a prévenu M. Ferrandez.

Les voies de stationnement, de chaque côté de la rue, seront conservées.

Luc Ferrandez, qui s’est dit atteint d’« une volonté maniaque de faire de l’embellissement », croit que les résidents seront « enchantés » par le projet.

Le comité exécutif a officialisé mercredi l’octroi d’un contrat de 24,7 millions de dollars à la firme Excavation Loiselle, qui réalisera des travaux d'égout, de conduite d'eau, de voirie et d'éclairage, rue Saint-André, entre la rue Cherrier et l'avenue Laurier.

Les travaux, dont le début est prévu pour mai, devraient durer 18 mois environ.

Les documents présentés aux membres du comité exécutif justifient l’aménagement de cette vélorue par la « demande pour un axe cyclable nord-sud utilisable à l’année », en mentionnant que « la piste cyclable de la rue Brébeuf [est] saturée, [que les] voies cyclables de 1,5 m ne suffisent plus [et que] l’étroitesse des rues dans les secteurs adjacents ne permet pas l’aménagement d’une piste cyclable conventionnelle ».

Luc Ferrandez a reconnu que la Ville « s’arrache les cheveux de la tête » à essayer de trouver des axes cyclistes nord-sud. La voie ferrée qui traverse le secteur complique les choses. « C’est difficile de faire des liens cyclables. Une fois qu’on a utilisé les premiers endroits qui semblent évidents, c’est difficile de les multiplier », a-t-il dit.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards