Retour

Privatisation d’Hydro One : poursuite contre le gouvernement

Le Syndicat canadien de la fonction publique va de l'avant avec son recours judiciaire contre la première ministre Kathleen Wynne et ses ministres des Finances et de l'Énergie relativement à la privatisation partielle d'Hydro One.

Le SCFP accuse les libéraux d’abus de pouvoir quant à la décision du gouvernement de vendre des actions du distributeur d’électricité, sans avoir de mandat des électeurs.

Le Syndicat, qui avait déposé une mise en demeure en septembre, confirme qu'il a déposé officiellement sa poursuite en cour, mardi.

Jusqu'ici, 30 % des actions d’Hydro One ont été vendues. Le gouvernement projetait d’en vendre 30 % de plus, ce que le SCFP veut empêcher.

La privatisation d'Hydro One n'a pas de sens financièrement.

Fred Hahn, président du SEFPO Ontario

Le gouvernement se défend

Sans vouloir commenter la poursuite, les libéraux ont toujours affirmé dans le passé que la privatisation partielle d'Hydro One était nécessaire afin d’obtenir les fonds nécessaires pour l’expansion du transport en commun et la revitalisation des infrastructures.

Le gouvernement souligne aussi qu'il demeurera l'actionnaire majoritaire du distributeur et que la Commission de l'énergie continuera à régir ses tarifs. Toutefois, les partis d'opposition et nombre d'Ontariens, déjà échaudés par la flambée des tarifs d'électricité, n'y croient pas.

Le dossier pourrait être un enjeu important lors des élections provinciales de 2018.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine