À l'occasion de la 49 assemblée générale annuelle de la Fédération Acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE), une trentaine d'organisme membre se sont réunis à Halifax. Constatation: leur défis sont très similaires, à commencer par le sous-financement.

Vieillissement de la population et la succession dans les entreprises et sous-financement sont des exemples.

Le sous-financement touche notamment les médias francophones indépendants. Le courrier de la Nouvelle-Écosse, qui fête son 80e anniversaire, a aujourd'hui du mal à joindre les deux bouts. « On est pas financé, on vit sur les ventes d'annonces », explique Francis Robichaud, directeur général du journal.

Son lectorat diminue. Le seul journal d'expression française en N-É, veut faire un virage numérique, mais des obstacles se dressent dans son chemin. « Le défi, c'est le financement pour faire avancer dossier là et deuxièmement c'est de trouver les ressources humaines pour faire ces changements-là. »

Une vingtaine de membres de la FANE ont rencontré la Ministre du patrimoine Canadien Mélanie Joly vendredi.

Ghislain Boudreau, le président, Fédération Acadienne de la Nouvelle-Écosse veut que le gouvernement en donne plus. « On veut un renouvellement de l'enveloppe. »

Les communauté francophones et Acadienne ont aussi demandé au gouvernement fédéral, l'an dernier, de revoir et de moderniser la loi sur les langues officielles.

Tout ça en espérant que le financement aux communautés francophones en milieu minoritaire soit plus généreux.

À l’aube de son 50e anniversaire, ce serait un beau cadeau que la FANE aimerait recevoir.

D’après le reportage de Stéphanie Blanchet

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine