Retour

Projet de loi sur la légalisation du cannabis : accueil prudent de Santé publique Ottawa

Une porte-parole de Santé publique Ottawa accueille prudemment la présentation, jeudi, du projet de loi fédéral sur la légalisation du cannabis.

La directrice de la promotion de la santé et de la prévention des maladies de l'agence municipale, Gillian Connelly, appuie la volonté du gouvernement Trudeau de légaliser la marijuana.

Elle espère toutefois que le fédéral saura s'assurer que les jeunes sont au courant des dangers du cannabis, surtout ceux âgés de moins de 25 ans. L'automne dernier, Santé publique Ottawa avait d'ailleurs dit prôner l'imposition de l'âge minimal de 25 ans pour acheter et utiliser de la marijuana au pays.

« Des recherches montrent que le cannabis peut avoir des effets nocifs chez les jeunes [...] sur le développement du cerveau jusqu'à l'âge de 25 ans », indique Mme Connelly.

Cette dernière souhaite aussi que le projet de loi restreigne la promotion du cannabis et que la drogue soit difficile d'accès pour les jeunes.

Elle reconnaît que les municipalités et les départements de santé publique vont avoir un rôle à jouer en ce qui a trait à l'accès au produit et à sa distribution. Mais il est trop tôt pour dire comment tout cela va se traduire concrètement, ajoute-t-elle.

Mme Connelly souhaite toutefois que la marijuana ne devienne pas aussi populaire que l'alcool.

Dans la rue, de jeunes adolescents rencontrés par Radio-Canada étaient partagés sur la question de la légalisation de la marijuana.

Réactions à Queen's Park et à Québec

Le procureur général de l'Ontario et député d'Ottawa-Centre, Yasir Naqvi, a indiqué par voie de communiqué « que son gouvernement veut mettre en place un cadre réglementaire qui va protéger les jeunes, la santé publique et assurer la sécurité sur les routes ».

À Québec, la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, Lucie Charlebois, s'est dite en partie déçue de ce qu'elle a pu glaner du projet de loi fédéral.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais a indiqué qu'il réagira officiellement la semaine prochaine.

Avec les informations du journaliste Gilles Taillon

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine