Retour

Projet Guertin : le ministre Coiteux a fait preuve de prudence

Le professeur de sciences politiques à l'Université du Québec en Outaouais (UQO), Guy Chiasson, affirme que le ministre des Affaires municipales du Québec a avancé avec précaution, mercredi soir, en proposant le processus référendaire dans le dossier Guertin.

La Commission d'aménagement du territoire a décidé, mercredi soir, de recommander à l'Assemblée nationale d'adopter le projet de loi privé relativement à l'entente de gré à gré conclu entre la Ville de Gatineua et le groupe Vision Multisports Outaouais (VMSO). Toutefois, une clause avancée par le ministre Martin Coiteux, et adoptée par la commission, oblige la Municipalité à consulter les résidents dans un processus référendaire.

« J'imagine que c'est une espèce de précaution du ministère pour ne pas ouvrir la porte trop grande à d'autres qui voudraient prendre la même voie », a déclaré M. Chiasson en entrevue à Radio-Canada.

Le professeur Chiasson considère cette approche comme un garde-fou, une précaution du ministère pour ne pas ouvrir la porte trop grande à d'autres municipalités qui voudraient suivre le même chemin et qui n'auraient pas l'appui de la population.

Cela aurait alors un effet dissuasif pour préserver la règle des appels d'offres comme étant la formule normale. Le professeur de sciences politiques à l'Université du Québec en Outaouais (UQO) qualifie d'« inusitée » la démarche de la municipalité pour être autorisée à sortir du cadre établi par les règles municipales.

C'est d'ailleurs pour cette raison que quatre conseillers municipaux se sont présentés devant la commission, mercredi soir à Québec. Ces derniers disent s'opposer au processus, qui aurait dû comprendre un appel d'offres pour assurer une concurrence.

« Le gouvernement a ainsi reconnu que le projet du maire de Gatineau doit être mieux évalué. Par contre, cette proposition-surprise du ministre ne garantit pas que les citoyens de Gatineau auront le meilleur projet au meilleur coût. Nous allons nous assurer que cette consultation soit juste et accessible », ont déclaré les conseillers municipaux récalcitrants, Louise Boudrias, Sylvie Goneau, Denise Laferrière et Denis Tassé.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine