Retour

Projets de pipelines : des dizaines de rencontres de lobbying au sommet depuis un an

Justin Trudeau a annoncé vendredi que son gouvernement approuvait le projet Trans Mountain de Kinder Morgan et fermait la porte à celui de Northern Gateway d'Enbridge. Or, des dirigeants d'entreprises concernées ont multiplié les efforts pour s'assurer de l'approbation de leur projet. Nous avons compilé les rencontres de lobbying organisées, parfois même aux plus hauts niveaux du pouvoir.

Depuis un an, des représentants de Kinder Morgan ont rencontré à quatre reprises le conseiller le plus important de Justin Trudeau, son secrétaire principal Gerald Butts.

Les rencontres, qui sont indiquées dans le registre fédéral des lobbyistes, n'ont rien d'illégal. Mais elles démontrent la place qu'ont occupée les dossiers énergétiques ces derniers mois.

En consultant le registre, on en apprend toutefois peu sur le contenu des rencontres organisées par Kinder Morgan. Pour chacune d’entre elles, les thèmes indiqués sont l’énergie, les transports et l’infrastructure.

Dans le cas d’une rencontre, les affaires autochtones ont aussi été au menu des discussions.

Gerald Butts n’est pas le seul représentant du gouvernement du Canada à avoir échangé avec les représentants de Kinder Morgan.

Depuis janvier, 35 rencontres ont été organisées avec des employés politiques et des hauts fonctionnaires. Parmi eux, l'ancien ministre des Pêches et Océans Hunter Tootoo, mais aussi les chefs de cabinet des ministres de l’Environnement et des Finances.

Des efforts sur le plan régional

Les efforts menés au cours de la dernière année par Kinder Morgan ne se sont pas limités à la colline du Parlement.

Dans la grande région de Vancouver, où aboutit l’oléoduc, une représentante de l’entreprise a mené 13 rencontres depuis le début de l’année.

Les intervenants ciblés : des représentants de cinq députés libéraux de la région. Parmi les élus sélectionnés, on compte la ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould, qui représente la circonscription de Vancouver-Granville et le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, élu dans Vancouver-Sud.

Enbridge très active

Kinder Morgan n’est pas la seule entreprise qui a multiplié les efforts de lobbying depuis un an. Des représentants d'Enbridge, qui sont en attente de deux approbations pour des projets d'oléoducs ont participé à près de 70 rencontres.

Quand on consulte le registre des lobbyistes, on remarque que les représentants d’Enbridge ont aussi rencontré le secrétaire principal de Justin Trudeau, Gerald Butts. Il n’y a eu qu’une rencontre dans leur cas.

Pour l’ensemble des activités de lobbying, deux seuls thèmes sont évoqués comme objet des rencontres : énergie et environnement.

Les représentants d’Enbridge ont également rencontré de nombreux ministres ces derniers mois.

Le lobbying des groupes de défense de l'environnement

Les entreprises de pipelines ne sont pas les seules à avoir voulu faire entendre leur cause devant les représentants du pouvoir.

Des groupes de défense de l’environnement comme Équiterre, Pembina et Greenpeace ont aussi participé à de nombreuses rencontres de lobbying depuis un an.

Pembina a par exemple mené une trentaine d'activités de loybbing depuis janvier.

La ministre de l'Environnement, Catherine McKenna, et le secrétaire principal du premier ministre, Gerald Butts, font partie des personnes rencontrées par certaines de ces organisations.

Plus d'articles