Retour

Promotion Saguenay mis en demeure par son ancien directeur général, Ghislain Harvey

L'ex-directeur général de Promotion Saguenay, Ghislain Harvey, met en demeure l'organisme de lui verser la dernière tranche de capitalisation de son régime de retraite, un montant estimé à environ 300 000 $.

Un texte de Mélissa Savoie-Soulières

Si Promotion Saguenay ne répond pas d'ici le 16 mars qu’elle « honorera ses engagements », son avocat, Éric Orlup, affirme que son client s’adressera aux tribunaux pour faire valoir ses droits.

Le document a été envoyé par le bureau d'avocats BCF à la mairesse Josée Néron qui préside Promotion Saguenay.

Dans la mise en demeure, l’avocat de Ghislain Harvey rappelle que le régime de retraite a été approuvé par les administrateurs de Promotion Saguenay. Ce régime avait aussi été vérifié par la firme comptable Mallette.

On peut aussi lire que « Mallette a travaillé de manière neutre et indépendante lors de la mise en place de ce régime. Nous considérons que vos manœuvres sont effectuées de mauvaise foi et nous vous en tiendrons personnellement responsable ».

Une réaction prématurée, dit Josée Néron

La mairesse de Saguenay et présidente de Promotion Saguenay, Josée Néron, estime que l’ancien directeur général de l’organisme réagit un peu vite. En ce moment, son régime de retraite fait l’objet de vérification.

L’actuaire de Promotion Saguenay et celui de Mallette n’arrivent pas aux mêmes calculs, a-t-elle expliqué en entrevue à Radio-Canada. Le conseil d’administration a donc choisi d’embaucher quelqu’un de l’externe pour démêler tout ça.

Josée Néron se défend de faire preuve de mauvaise foi dans ce dossier.

« C’est simplement qu’avant de verser un montant. On doit s’assurer d’avoir le bon. En ce moment, il y a quand même une bonne différence entre les sommes qui sont avancées par la firme Mallette et notre actuaire. Donc, on veut simplement s’assurer d’aller chercher l’avis d’un autre actuaire », a conclu la mairesse de Saguenay.

Plus d'articles