Retour

Propos déplacés : un candidat du NPD abandonne la course dans une circonscription de Winnipeg

Le candidat du Nouveau Parti démocratique dans la circonscription fédérale de Charleswood-Saint-James-Assiniboia jette l'éponge en raison d'une publication dans un réseau social comparant une secte juive aux talibans.

Il y a trois ans, Stefan Jonasson a publié sur Facebook un lien vers un article à caractère religieux, accompagné d'un message dans lequel il accuse les haredims - les pratiquants d'une secte juive ultra-orthodoxe - de maltraiter les femmes en raison des strictes pratiques de la secte, dont la séparation des femmes et des hommes ainsi qu'un code vestimentaire rigide, entre autres.

« Tout comme les talibans et d'autres groupes extrémistes, les haredims dépeignent une caricature toxique d'une foi en porte à faux avec l'esprit des traditions religieuses qu'ils prétendent représenter », a-t-il écrit.

M. Jonasson affirme que le NPD lui a demandé de démissionner jeudi soir, et qu'il a acquiescé à la requête.

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, a fait un bref commentaire sur le départ de M. Jonasson à la suite du débat des chefs en français jeudi soir à Montréal.

« Je pense que cette personne s'est rendu compte que ses propos étaient très déplacés. Il s'est retiré de la course et là, c'est suffisant », constate M. Mulcair.

Stefan Jonasson est ministre du culte de l'Église unitarienne universelle, une organisation religieuse libérale qui puise dans les doctrines chrétiennes, hindoues et juives, mais qui a également des adhérents agnostiques et athées.

Plus d'articles

Commentaires