Retour

Propos francophobes : 173 Québécois appuient les francophones du N.-B.

Une centaine de Québécois ont signé une lettre d'appui aux francophones du Nouveau-Brunswick victimes de propos francophobes sur la section régionale du site cbc.ca.

Un texte de Antoine Trépanier TwitterCourriel

Des 173 signataires, on compte plusieurs politiciens comme le leader parlementaire de l'opposition officielle au Québec, Bernard Drainville, le président du Bloc Québécois, Mario Beaulieu, et l'ex-chef du Bloc Québécois Gilles Duceppe.

« Si les sections commentaires offrent la plupart du temps un lieu de débat entre les citoyens sur des enjeux d'actualité, la publication de discours irrespectueux ciblant la population francophone est inadmissible et doit faire l'objet d'une modération rigoureuse et efficace par le diffuseur public », peut-on lire dans la missive.

Les instigatrices de la lettre, Marianne Mathis et Lauréanne Daneau, de Trois-Rivières, écrivent qu'à la veille de la Journée internationale de la francophonie du 20 mars, « nous, signataires québécois voulons joindre en toute solidarité nos voix » à celles des francophones du Nouveau-Brunswick qui ont demandé à CBC de cesser d'autoriser les commentaires anonymes sur son site web.

Une centaine de Néo-Brunswickois ont répondu à l'appel du juriste Michel Doucet dans les derniers jours en signant une lettre destinée à la direction des services numériques du radiodiffuseur public de langue anglaise pour qu'il cesse de tolérer des propos haineux à l'égard des francophones.

« La diffusion de commentaires haineux et irrespectueux envers les francophones sur le site Internet de CBC New Brunswick a pour effet de semer la discorde entre les deux groupes de langues officielles », a écrit Me Doucet.

Le réseau CBC a confirmé avoir reçu la lettre de Me Doucet et a déclaré dans les derniers jours qu'il allait faire preuve de plus de rigueur dans ce dossier.

« Trouver le bon équilibre entre la liberté d'expression et le droit de débattre de manière respectueuse sur un site qui reçoit plus d'un million de commentaires chaque mois représente un défi de taille », a déclaré le premier directeur des nouvelles numériques à CBC, Brodie Fenlon.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine