Retour

Protection de la jeunesse : les familles d'accueil obtiennent gain de cause

Le projet de loi 99, qui vient modifier la Loi sur la protection de la jeunesse, a été amendé lundi en session parlementaire à Québec afin d'accorder une plus grande place aux familles d'accueil.

Il s'agit d'une victoire pour les familles d'accueil, mais également pour les partis d'opposition qui ont défendu ce dossier auprès de la ministre déléguée à la Protection de la jeunesse, Lucie Charlebois.

L'amendement apporté à l'article 51 du projet de loi stipule qu'« une personne ou une famille d’accueil est admise à l’audience de toute demande relative à l’enfant qui lui est confié. Elle peut témoigner et présenter ses observations au tribunal lors de l’audience et, à ces fins, être assistée d’un avocat ».

La présidente de la Fédération des familles d'accueil et ressources intermédiaires du Québec, Geneviève Rioux, s'est réjouie de cette décision.

« Notre rôle à nous, c’est de s'occuper des enfants, mais c’est aussi d’être des personnes significatives pour eux », a indiqué Mme Rioux en entrevue avec Radio-Canada.

En juin dernier, les familles d'accueil avaient exprimé leur déception devant les amendements déposés par la ministre Charlebois, qui devaient favoriser la participation des familles d'accueil au processus judiciaire, sans plus.

Les familles d'accueil espéraient plutôt être considérées partie prenante, sur le plan judiciaire, dans tous les cas de placement d'enfants ou de révision de placement d'enfants, ce qui est maintenant le cas avec le nouvel amendement.

Avec les informations de Mathieu Dion

Plus d'articles

Commentaires