Retour

Protection des enfants : des propos du premier ministre de l'Î.-P.-É. font réagir

Des propos du premier ministre Wade MacLauchlan lors d'un échange sur la protection des enfants à l'Île-du-Prince-Édouard ont fait réagir à l'Assemblée législative, mercredi.

Le premier ministre a accusé les partis d'opposition de réclamer la création d'un organisme de protection des enfants seulement pour servir leurs propres intérêts.

« Je crois que [les députés] de l'opposition ne pensent qu'à eux-mêmes. Ils ne croient pas qu'ils formeront un jour le gouvernement. Et ils veulent seulement quelqu'un qui sera au service de l'opposition », a laissé tomber Wade MacLauchlan, en pleine période de questions.

L'Île-du-Prince-Édouard est la seule province qui n'a pas de protecteur des enfants ayant le pouvoir de recevoir les plaintes, d'enquêter et de formuler des recommandations au gouvernement.

Recommandation du coroner

Il s'agit pourtant de la recommandation phare du coroner qui a enquêté sur la mort du petit Nash Campbell, 4 ans, tué par sa mère près de Tignish en 2013.

Le chef du Parti vert, Peter Bevan-Baker, a trouvé les propos du premier ministre « bizarres » et « inhabituels ».

À son avis, le but d'un protecteur des enfants n'est pas de servir les intérêts de l'opposition à l'Assemblée législative mais bien de « donner une voix » aux enfants vulnérables.

« Mes intentions sont bonnes. Les enfants de notre province ont besoin d'un défenseur indépendant », a insisté Peter Bevan-Baker, en marge de la période de questions, mercredi.

Le chef du Parti vert souhaite, par ailleurs, que le gouvernement libéral rende publiques « toutes les études sur lesquelles il s'appuie » pour refuser la création d'un bureau du protecteur des enfants.

Services de première ligne

Wade MacLauchlan a plus tard cherché à adoucir sa position.

Le premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard a réitéré qu'il préférait voir le gouvernement investir dans des services à l'enfance de première ligne.

« Il y a toujours des choses qui sont dites d'un côté ou de l'autre. Ça fait partie de nos échanges à l'Assemblée [législative]. Et notre position est claire. Notre priorité est [d'offrir] des services directs pour les enfants qui sont en situation de risque et leur famille », a déclaré Wade MacLauchlan après la période de questions, mercredi.

La province insulaire prévoit d'ailleurs embaucher prochainement un avocat spécialisé dans le droit des enfants.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine