Retour

Que retenir de la deuxième semaine de campagne?

Nigel Wright, les Canadiens tentés par la radicalisation, les pipelines du NPD, des pancartes aux allures gothiques, des partis qui font leurs premières promesses, une dalle de béton de Postes Canada détruite au marteau-piqueur : voici ce qui a marqué la deuxième semaine de la campagne électorale.

Un texte de Philippe Chevalier

Nigel Wright... Nigel Wright... Nigel Wright

L'ex-chef de cabinet de Stephen Harper qui a fait un chèque de 90 000 $ au sénateur Mike Duffy pour qu'il rembourse ses dépenses contestées a commencé à témoigner au procès de ce dernier.

Nigel Wright a d'abord affirmé qu'il n'avait pas dit au chef conservateur d'où viendrait l'argent pour rembourser les allocations du sénateur.

Par la suite, dans une série de courriels déposés en cour, on apprenait que des membres haut placés de l'équipe de campagne du premier ministre Stephen Harper savaient, en mars 2013, que le sénateur Mike Duffy n'avait pas remboursé ses allocations de dépenses contestées. Parmi ceux-ci, Ray Novak, celui qui a remplacé Nigel Wright au poste de chef de cabinet de Stephen Harper. Pressé de questions, Stephen Harper a maintenu qu'il n'était pas au courant du stratagème qui a permis à Mike Duffy de rembourser ses dépenses. Défendant son bras droit Ray Novak, il a jeté tout le blâme sur Nigel Wright et Mike Duffy.

Le NPD et le PLC n'ont pas cru la version du chef conservateur et de son entourage, mettant en doute son leadership même.

Le NPD est-il pour ou contre les pipelines?

Le chef du Nouveau Parti démocratique a dû réexpliquer la position de son parti sur les projets d'oléoducs, alors que ses adversaires l'accusent de tenir un double discours sur la question, selon l'auditoire auquel il parle.

Thomas Mulcair a indiqué que son parti était pour ces projets, mais sous la « réserve d'une analyse environnementale rigoureuse ». Par exemple, il a dit que le projet d'oléoduc Énergie Est de TransCanada « peut être gagnant » et « va reprendre en vertu d'un processus crédible et complet » si son parti est porté au pouvoir le 19 octobre.

Le PLC et le NPD s'inscrivent au pointage... des promesses

Alors que les conservateurs ont fait des promesses dès les premiers jours de la campagne, il aura fallu attendre que la deuxième semaine de campagne soit bien entamée pour que les libéraux et les néo-démocrates fassent leurs premières promesses. Les libéraux ont promis 2,6 milliards de dollars sur 4 ans pour l'éducation des Premières Nations. Les néo-démocrates ont promis de leur côté davantage d'indépendance pour le directeur parlementaire du budget.

La sécurité, la radicalisation et l'État islamique

Le Parti conservateur a amorcé la deuxième semaine en y allant d'une promesse controversée. S'il est réélu, il entend empêcher les Canadiens de se rendre dans certaines zones du monde où des groupes terroristes, principalement le groupe armé État islamique, recrutent et forment des partisans. Le chef du Bloc, Gilles Duceppe, s'est dit d'accord avec cette mesure, mais en précisant qu'il fallait « maintenir l'équilibre entre la sécurité et la liberté ». Le chef libéral Justin Trudeau a accusé son homologue conservateur de vouloir faire diversion pour ne pas parler de son bilan économique.

Est-ce que cette interdiction serait applicable et constitutionnelle? Difficile à dire pour l'instant.

Des affiches électorales... aux allures gothiques

On a appris que les libéraux fédéraux du Québec peuvent faire preuve d'indépendance par rapport au bureau chef d'Ottawa. Ils ont ainsi créé des pancartes électorales audacieuses, avec une dominante de rouge et de noir. Le rouge et noir très prononcé peut donner une certaine allure « gothique » aux affiches, ce qui n'a pas échappé à certains illustrateurs, qui y sont vite allés de versions satiriques des affiches. On peut notamment voir le célèbre comte Dracula en candidat libéral.

Un « ministre des Finances » pour le NPD

Le chef du NPD pense avoir trouvé son éventuel ministre des Finances. Il a recruté Andrew Thomson, un ancien ministre des Finances de la Saskatchewan, pour se présenter dans la circonscription torontoise d'Eglinton-Lawrence. Il tentera de battre le ministre sortant des Finances, Joe Oliver. « Andrew Thomson a un meilleur bilan économique et a présenté plus de budgets équilibrés que Joe Oliver », s'est vanté Thomas Mulcair en présentant son candidat.

Un marteau-piqueur qui résonne d'un océan à l'autre

Le maire de Montréal Denis Coderre s'est invité dans la campagne fédérale cette semaine en détruisant au marteau-piqueur un dalle de béton installée par Postes Canada dans un parc éconature pour y installer une boîte postale communautaire.

Sans nécessairement cautionner le fort geste symbolique du maire Coderre, les néo-démocrates, les libéraux et les bloquistes en ont tous profité pour dénoncer la décision de Postes Canada de cesser la livraison de courrier à domicile et d'installer des boîtes communautaires sans demander la permission des municipalités.

Plus d'articles

Commentaires