Retour

Québec déboursera 620 millions de dollars pour nettoyer les sites miniers abandonnés

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, a rappelé que les sommes annoncées, soit quelque 620 millions de dollars, étaient déjà inscrites au budget 2016-2017.

Le ministre Arcand convient que son gouvernement est contraint de payer pour restaurer les sites abandonnés par l’industrie. « C’est toujours difficile de revenir sur le passé », s’est-il défendu en conférence de presse. « Souvent, ces entreprises n’existent plus ou sont en difficulté. »

[…] L’État a choisi d’agir [sur ces sites] parce qu’il n’y a pas de responsables connus ou solvables.

Pierre Arcand

« Le passé, c’est le passé », a poursuivi le ministre en précisant que la nouvelle Loi sur les mines faisait en sorte d’éviter la répétition de telles situations. Il a plutôt insisté sur les emplois que le nettoyage des sites abandonnés va créer en région.

Cette restauration va permettre de créer de l’emploi dans toutes les régions du Québec.

Pierre Arcand

« Nous sommes donc [vraiment] engagés dans la modernisation de l’économie québécoise », a-t-il poursuivi, en précisant que son gouvernement entendait faire de l’industrie minière « un modèle de mise en valeur responsable de nos ressources naturelles et un des acteurs du développement des énergies vertes ».

Mieux vaut tard que jamais

Le porte-parole de la Coalition Pour que le Québec ait meilleure mine, Christian Simard, estime que le gouvernement devrait responsabiliser l’industrie pour le passif qu’elle a laissé derrière elle.

« Souvent, ce sont les mêmes gestionnaires qui repartent de nouvelles entreprises sous un autre nom », déplore-t-il.

M. Simard soutient que ce « chantier environnemental aurait dû être fait il y a longtemps ». Il se réjouit que des sommes aient été prévues au budget du gouvernement afin de réaliser les travaux, mais il s’inquiète de leur qualité. « Tant qu’à le faire, faisons-le bien », a-t-il indiqué en entrevue sur ICI RDI.

M. Simard craint que la volonté du gouvernement de nettoyer rapidement les sites abandonnés ne se traduise par des restaurations bâclées. « Il faut s’assurer qu’on a vraiment les meilleures technologies », conclut-il.

Plus d'articles