Retour

Québec dévoile un plan d'action pour « grandir, vivre et vieillir en santé »

La ministre déléguée à la Santé publique Lucie Charlebois a dévoilé lundi les grandes lignes d'un plan d'action interministériel qui vise à avoir une population québécoise en santé et une qualité de vie supérieure en proposant notamment des mesures de prévention pour toutes les générations.

« Grandir, vivre et vieillir en santé », a résumé la ministre Lucie Charlebois, lors de sa présentation de ce plan d’action dans une garderie éducative de l’île de Montréal.

Près d'un an et demi après l'annonce du lancement de la politique gouvernementale de prévention en santé (PGPS), la ministre déléguée à la Santé publique a ainsi annoncé qu'une enveloppe de 80 millions de dollars sur quatre ans était allouée pour passer d'un énoncé à des mesures concrètes.

Le but de ce plan est de structurer la mise en œuvre du PGPS, dont l'objectif est de réduire les inégalités sociales en santé et de poursuivre les progrès en matière de qualité de vie et de santé physique et mentale de la population québécoise, notamment en termes de prévention.

« La prévention permettra de réduire les maladies évitables, les maladies chroniques, l’hypertension, l’obésité […] les infections transmissibles sexuellement ou encore la détresse psychologique », annonce la ministre.

Ce plan a été mis sur pied avec 15 autres ministères et plusieurs organismes. Lors de l'annonce, quatre autres ministres étaient présents pour appuyer Lucie Charlebois dans sa démarche, le ministre de la Santé Gaétan Barrette, le ministre de la Famille Luc Fortin, le ministre de l'Agriculture Laurent Lessard, et le ministre responsable des Affaires autochtones, Geoffrey Kelley

« Je suis très fière des initiatives concrètes qui seront mises en œuvre pour atteindre les cibles ambitieuses que nous nous sommes données », se félicite Mme Charlebois.

Quatre orientations annoncées

La ministre a précisé les quatre orientations intergénérationnelles du plan d’action qui dicteront la politique à mener.

Dans un premier temps, il s'agira de développer les capacités des personnes dès le plus jeune âge, grâce à la création de nouveaux services de garde en milieu défavorisé. Le plan entend mettre en place des activités pour aider les jeunes à mieux s'alimenter et pour favoriser la consommation d'eau non embouteillée.

La seconde orientation concernera l'aménagement des communautés de territoires sains et sécuritaires. Cela vise notamment à favoriser l'activité des aînés et la mobilité des personnes handicapées grâce à l'aménagement de pistes cyclables, de trottoirs et de sentiers pédestres.

La troisième orientation se concentre sur l'amélioration des conditions de vie qui favorisent la santé et notamment sur un meilleur accès aux aliments sains.

La dernière orientation s'attache au renforcement de l’action de prévention dans le système de santé et les services sociaux, en incitant les cliniciens à faire davantage de prévention auprès des patients.

Pour planifier et structurer ce plan d’action, trois instances ont été créées, un sous-comité interministériel présidé par Lucie Charlebois, une table de partenaires intersectoriels pour aider à la coordination avec les différents organismes ainsi qu'un comité interministériel.

Ce plan d’action constitue une des premières initiatives du genre en Amérique du Nord. Lucie Charlebois a par ailleurs été invitée par l’Organisation mondiale de la santé pour présenter ce projet.

Le gouvernement s'est donné d'ici 2025, neuf cibles concrètes à atteindre.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards